Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

jeudi 03 juillet 2003

Gay Pride

OK, i was listening to the Titanic Song, walking home. I am not crying anymore but the sky is crying for me. There isn't any drug left in my blood. It is time to talk about the Gay Pride.

13:30
Arrivée chez A. qui habite juste à côté de la place d'Italie. Il ouvre la porte en caleçon, je suis le premier. Me mets à l'aise, torse nu. A. me sert une biere. A. ouvre son frigo et sort les reserves : 9 taz de 3 sortes différentes. Un de ces potes - que j'appelerai X - doit en amener encore 4 ou 5.

14:00
Deux taz sont sur la table et un choix se pose : Do i take the blue ou the pink pill? The last one was 2 years ago. Why do i want to take one now? I'm afraid looking at the pills, not afraid by the effect but by the choice i already made a long time ago. Je gode la moitié de la rose et A. la moitié de la bleue.

14:10
F. arrive, prends la 2nd moitié de la bleue avec un gorgée de bière.

14:30
I. arrive, amenant son éternelle bonne humeur.

15:00 - 17:00
Arrivée boulevard de l'hopital. Nous tombons au début des chars des assos. Pas de musique, juste des pédés qui réclament des gosses. A. est déjà bien parti but I don't have any effect of mine. Perhaps because i'm a bit stressed. Nous nous dirigeons vers la place d'italie non sans avoir achete une biere au passage. Premiers chars avec de la musique. D'un coup, je suis en pleine montée. Les couleurs sont plus vives, le temps est superbe, la température parfaite. La vie est belle, je suis heureux. Je regrette d'avoir arrete pendant si longtemps. Nous suivons pendant un moment le char du Pulp. Nous passons un moment surréaliste, allongé sur l'herbe du rond point de la place d'italie, mangeant des cerises et buvant notre 3eme ou 4eme bière. Repartons dans le cortège alternant entre le char du Pulp et celui d'FG.

17:30
Retrouvons S. juste d'avant d'arriver à Bastille. S. est en total décalage avec nous, il nous abandonne alors que nous décidons de boire une nouvelle bière sur les marches de l'Opéra.

19:00
La taz se fait moins sentir, la fatigue arrive et un mal de crane s'installe. Décidons A. et moi de rentrer chez A. pour prendre une douche et se reposer. X doit nous y rejoindre.

20:30
X arrive, il me dit quelque chose. X confirme ;nous nous sommes déjà vus. Je le trouve pas mal du tout, assez à mon gout. Dommage qu'il soit séropo. A. et moi lui achetons une taz chacun.

22:00 - 00:00
resto au bistrot beaubourg. S. nous rejoint en fin de resto avec de l'aspirine.

00:00 - 02:00
La soirée a bien se finir pendant cette période. Nous nous séparés et perdus. Mon portable n'avait plus de batterie et les autres n'en avaient pas. S. - qui faisait la gueule - en a eu marre et est rentré chez lui. Finalement, après plus d'une heure a se chercher et à s'attendre, nous nous retrouvons en face du mixer. La nouvelle taz aidant, les contacts physiques se font plus nombreux entre X. et moi.

02:30 - 6:00
soirée Eyes need sugar à la Scène . Musique géniale - selon A. et moi, X. boude -. Nous passons la soirée à nous serrer dans les bras et à se faire de petits calins. Je stresse un peu à l'idée de me retrouver seul, je reste donc toujours à proximité de quelqu'un de connu. Je décide également d'essayer de finir la nuit avec X. Je n'ai aucune envie de finir la nuit seul dans mon lit et je ne veux pas la passer avec un inconnu.

6:00
Divergence : A. va au Batofar pour l'after. X. refuse d'y aller et préfère le redlight. Direction redlight en taxi. Pas mal de beau monde au redlight, population bien plus jeune. Bien évidement, nombreux sont ceux défoncés. Nous sommes fatigués mais nous ne prenons pas de nouvelles taz.

7:30
Départ du Redlight, direction le F1 de porte de chatillon où X. a sa chambre d'hotel. X. fait très attention à son corps : nous prenons des précurseurs de sérotine pour évacuer les taz et un pot de 34g de protéines chacun. Nous nous couchons sans faire de sexe. Je l'allume mais sans réel succès. Nous essayons deux fois mais abandonnons.
J'aime allumer mais je n'aime pas aller jusqu'au bout, c'est toujours comme ca..
Bref, il s'est moqué de moi.

13:00
Il veut dormir, je me barre. Je n'ai peur de rentrer chez moi, peur de me retrouver seul, fuyant un retour à une vie normale. Débarque chez S. sans prévenir (je n'ai toujours pas recharger mon portable). Récupère un lexomil pour ma nuit, file prendre l'air mais décidons d'aller au ciné à cause de la chaleur. Le film - 7 ans de mariage - est sympa, drole. Je file à l'UG dès la sortie. Je ne veux toujours pas rentrer chez moi.

19:30
Quitte l'UG dégouté de la moyenne d'age.

20:00
Arrivée chez moi, retrouve mon appart et post un mot.

J'ai de nouveau passé la soirée avec X lundi soir, et je me suis pris une bonne veste. J'ai eu du mal à l'encaisser, sans doute à cause de la descente. Je mets toujours deux jours avant de reprendre mes esprits. X sera à Paris à partir de septembre, je suis content. J'espère que ca deviendra un bon pote.

Commentaire(s)

(...)
Un soir fait de rose et de bleu mystique,
Nous échangerons un éclair unique,
Comme un long sanglot, tout chargé d'adieux;

Et plus tard un Ange, entr'ouvrant les portes,
Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
Les miroirs ternis et les flammes mortes.

Charles Baudelaire - La mort des amants

Take care mate... take care...

question con (je sais) c'est quoi un taz ?

@mat : http://www.drogues.gouv.fr/fr/cequilfaut_savoir/produits/ecstasy_intro.asp