Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

lundi 12 janvier 2004

Ex(-aqueo)

Je n'ai jamais eu autant de nouvelles de mon ex. Nous avons passé une heure au téléphone vendredi soir, tandis qu'il attendait son TGV pour partir en week-end et que moi j'attends M. Mais, vous etes intimes avec M. ? Je lui ai répondu par l'affirmative, lui disant que oui mais qu'il ne m'intéressait pas et que j'allais m'en débarrasser le soir même. Il me sort alors le grand jeu : Oui, c'est avec toi que j'aurais dû partir en week-end, nous aurions pu nous amuser ensemble, patati, patata.
Deux heures plus tard, un SMS de mon ex et, comme il n'avait pas eu de réponse, il appelle moins d'une heure après. M. était sur le départ, je le rappelle quelques temps après.
En plein milieu de la nuit, coup de téléphone, il me raconte sa soirée sur mon répondeur. Coup de téléphone dans l'après-midi pour me raconter ses achats avec ses potes.
Et là, à 13h30, il m'appelle pour me dire qu'il est rentré et qu'il ne bosse pas ce soir. Je le laisse parler, me proposer. Il me propose qu'on se voit, je lui réponds que c'est possible. Il me dit qu'il me rappelle dans l'après midi pour me confirmer.
16h30. Ben écoute, c'est bon pour moi ce soir, je suis devant l'UG, je t'appelle quand je sors, OK?

1 partout, balle au centre.

Commentaire(s)