Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

vendredi 16 janvier 2004

my best friend

Décidément c'est la personne qui m'appelle le plus et celle que je vois le plus en ce moment. On ne se quitte plus ; il ne se passe pas une journée sans avoir de nouvelle de mon ex. aujourd'hui 8H30, 10H30, 17H00 et on s'est retrouvé à 19H00. Et comme à chaque fois, tout part en couille. On était parti pour aller voir Gothika au ciné après avoir mangé rapidement un morceau. On a fini Chez Clément, un resto sympathique à Bastille. Ce garçon cerne les gens très facilement : il m'a fait un portrait psychologique très poussé et presque dérangeant. Nous sommes sortis vers 21H30, bien trop tard et assez peu motivé pour un ciné.
Arrivé au Dépôt vers 22H. X. a tout essayé pour me convaincre. Je me suis laissé faire en étant persuadé qu'il n'y aurait personne. Le résultat fut bien au delà de mes espérances. Des gros, des vieux ou des moches. Un mec assez moyen a l'air de plaire à X., je le laisse et j'allume mon mec médiocre. C'est un black, habillé en racaille, l'air mal dégrossi. Nous rentrons dans une cabine propre du rez-de-chaussée. La racaille me sourit timidement, m'embrasse dans le cou et me demande mon age. Tout s'effondre : il est niais, absolument pas racaille et a l'air complètement coincé. Quand je n'ai pas envie de niker, il me faut une bonne chaudasse sinon ça ne marche pas. Je me touche en essayant de le pomper. Je me baisse, enfourne sa queue dans ma bouche (fine, petite et tordue) et commence à le sucer. Je m'arrête net dès le premier mouvement. Son gland est rugueux, genre soit mal nettoyé soit avec une saloperie de MST. Je me relève, complètement écœuré et fuit en lui disant que ça n'allait pas être possible.
Je tourne encore 30mn, chope X. pour lui dire au revoir et rentre sous la pluie. A peine arrivé chez moi, X. me rappelle pour me raconter que les beaux mecs sont arrivés vers 23H, pour me décrire en détail la bombe qu'il s'est tapé et l'anulingus qu'il lui a fait. Nous allons peut-être prévoir un week-end ensemble dans quelques semaines, peut-être en italie. Nous sommes donc devenus les meilleurs amis du monde.
Comme dirait Bradshaw, je vais le briser.

Commentaire(s)

Un mec qui t'emmène au Dépôt ne peut pas être un mec bien !

Salope !Gentil... Mais Salope quand même !!!

L'habit ne fait pas le moine non plus