Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

lundi 23 février 2004

48 heures plus tard... toujours rien.

Commentaire(s)

et paumé, tu pourrais pas me preter 100 balles?

Et tu en penses koi?

Comme quoi il arrive plus tôt qu'on ne croit, le moment où faut être friqué pour retenir les garçons ;-)

Arf, c'est agréable