Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

samedi 20 mars 2004

esprit (sain) dans un corps (sain)

J'ai les nerfs à fleur de peau ces temps-ci et ça commence à se sentir à tous les niveaux. Au taff, j'ai remplacé le déguisement réglementaire pour un jean et un vieux pull. Je suis bien plus distant, semble moins affecté par ce qui arrive malgré le stress et le bordel ambiant. Mais je pète mon plomb à peu près tous les jours avec quelques réflexions mordantes dont j'ai le secret. Les collègues ne répondent rien, peut-être plus par manque d'habitude qu'autre chose. Le soir, le week-end, je passe d'une colère noire à une tristesse infinie. Le tout déclenché par des broutilles : une image à la télé, un truc mal rangé, une simple réflexion... par pleins de choses qui ne me touchent pas d'habitude. Je me gave donc de lexo et le stock atteint un niveau alarmant : il faut que je m'en procure rapidement. Surtout que les effets diminuant, j'ai augmenté les doses.
Quand j'ai discuté avec mon ex le week-end dernier et que j'ai décidé unilatéralement de couper les ponts, j'ai accepté qu'il me donne des nouvelles uniquement dans le cas où il lui arrivait quelque chose. J'ai reçu un SMS cette après-midi : Je viens de rentrer à l'hôpital en urgence, je me fais opérer cette après midi. Je tente de le joindre à deux reprises mais son portable est éteint. Je décide de joindre son ex qui m'explique que ce que tout le monde prenait pour des hémorroïdes n'en était pas, que c'est bien plus grave, que mon ex était allé voir un médecin ce matin qui l'avait amené directement à l'hôpital pour l'opérer en urgence. Mon ex m'appelle en fin d'après-midi, avec une voix d'outre tombe, défoncé par l'anesthésie et par la morphine, m'annonçant que l'opération ne s'était pas bien déroulée, qu'il allait se refaire opérer demain matin. Je n'en sais pas plus. Pur hasard, j'ai un peu mal depuis aujourd'hui aussi au même endroit. Je suis donc un peu inquiet, j'attends de savoir ce qu'il a exactement dans le week-end. On n'aurait pas dû baiser sans capote, mais ce n'est pas maintenant qu'on va en mettre...
Entre ma plaie sur le gland qui ressemble à une éraflure ou à un début de syphilis et mon cul, je suis bon pour ne pas baiser ce week-end. C'est dommage, ma libido est en hausse. Va falloir trouver autre chose.

Commentaire(s)

erf vraiment pas cool pour toi, on dirait que tu enchaines les tuiles en ce moment

Allons, du calme. La syphilis c'est un chancre et les condylomes ça s'opère très bien. C'est certes douloureux, mais pas très grave en soi. Don't worry et vas-y mollo avec les lexos.

ce ne sont pas des condylomes et pour la plaie, ca ressemble simplement à une erraflure!
la prochaine fois, je regarderai les dents plus précisement !

ou cherche un édenté lol

heu, j'imagine que tu y as pensé, mais aller voir ton mdédecin (qui connaît si j'ai bien compris tes "pratiques") ça ne serait pas un peu plus rassurant ?

Courage !

apres midi est du genre masculin...

Non.

http://encyclo.voila.fr/rep.html?str=apr%E8s+midi&ft=0&fd=1&fm=0&fa=0

En effet : Après-midi est soit masculin soit féminin. C'est au choix...
Enfin même Muriel Robin dans son sketch (Le dictionnaire) se plantait...