Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

dimanche 18 avril 2004

J'avais besoin de ce week-end pour faire le point. Le remède fût pire que le mal. Je me retrouve ce soir dans un état pire qu'il ne l'était. P. me manque. Je serai allé le voir ce soir et on aurait discuté en se bourrant la gueule. Juste quelqu'un qui m'accepte tel que je suis et qui m'aide à faire le point. Sans leçon de morale (« les drogues c'est mal. tu verras dans 40 ans, tu seras un légume. » ah-ah) ni conseil (« tu ne dois pas baiser sans capote, et surtout pas avec ton ex »). Je ne veux pas aller voir de psy, je n'ai pas assez de tune à gâcher. Surtout que j'en ai rien à foutre d'aller bien dans 10ans, moi.
J'serai mort d'ici là.

Commentaire(s)

Je me suis toujours demandé lequel de celui qui profite au maximum de l'instant présent ou de celui qui au contraire tente de se projeter à corps perdu dans l'avenir en se perdant en conjectures et contraintes inutiles était le plus à envier ou à plaindre. Finalement, il n'y a pas de réponse, juste des regrets encore et toujours; et une seule et même finalité avec l'attente de celle qui se moque de ces détails : la Faucheuse.

D'uen part faut peut-être pas trop dramatiser (je dis peut-être parce que je ne suis pas à ta place donc mon avis ne vaut rien) et d'autre part si tu veux une épaule sur laquelle pleurer sans risquer de répartie déplaisante tu peux toujours chercher mais je craisn qu'il n'y en ai pas beaucoup...
Sinon, ben, tout ce que j'espère c'est que tru réussiras quand-même à te remettre de tes émotions "négatives".
En tout cas, pas la peine de te faire la morale, tu connais déjà la fin de l'histoire. Ce n'est qu'une question de temps.Si tu préfères te la jouer à la mode "Achille", c'est ton choix, tout aussi valable pour toi que n'importe quel autre.

cossaw, je ne sais comment prendre le début de ton commentaire.

Heu, j'ai pas été méga clair, c'était sur un ton aigri parce que j'ai pu voir récemment sur la blogosphère. Alors j'explicite :

je voulais dire que tu es déjà passé par des phases similaires (en relisant ton blog, je pense pouvoir en trouver, non ?) et que tu t'en es déjà sorti, plus ou moins bien, mais sorti malgré tout. Simplement, on ne peut pas vraiment savoir ***maintenant*** si c'est pire ou non qu'avant...

Sinon, je trouve qu'il est de plus en plus difficile de présenter un post quel qu'il soit sans qu'en échange on se prenne un "t'as tort" "t'avais qu'à pas faire ça" et autre conseils à deux balles dont je suis un très mauvais expert... => l'idée c'est que dès que tu présentes ce qui t'arrive, il y a toujours des personnes pour te dire que c'est forcément ta faute, qui te jugent alors que tout ce que tu veux c'est parler à quelqu'un... et je crains d'en faire parti. Le fameux "j'ai vécu ça, ça s'est bien passé alors pourquoi pas pour toi" et autre "je mets ma vie en avant opur montrer combien je suis le plus fort dans l'adversité".