Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

vendredi 23 avril 2004

mieux qu'un sac poubelle

Soirée assez drôle hier soir. F. est arrivé assez tard alors que je crevais la dalle. J'avais décidé d'être civilisé ; dîner, papotage, dodo et câlins. Une soirée sympathique avec un amant quoi. Ce fût... différent. Je lui ai fais visiter mon appart et nous sommes aller faire à manger à la cuisine. N'étant pas vraiment un fin cuisinier, j'avais prévu un truc simple : bavette et pâtes. Il m'a sauté dessus quasi immédiatement. Dans la cuisine. Il a rapidement levé mon tee shirt et baissé mon bas de survêt pour embrasser, tâter et mordre chaque cm de peau. En s'attardant sur mes fesses. Il tente de dominer, je crois comprendre qu'il veut être actif. Nous nous embrassons collés l'un contre l'autre, je sens qu'il est érection. Ses problèmes d'érection devaient donc effectivement être dû au sauna. La situation dégénère, on se dirige vers la chambre.
Il me force à me mettre sur le ventre, s'occupe de mes fesses et se relève doucement en frottant son sexe contre mes trous. Il gémit un peu. Je me retourne, il m'embrasse, se met à me branler doucement et commence à me pomper. Je tente de le branler mais il ne bande plus. Je décide de lui caresser les fesses, commence à m'amuser avec son trou. Il se relève quasi immédiatement, me roule une pelle et se met sur le ventre en me tendant capote et gel. Je le pénètre doucement bien que rentrant comme du beurre. Je tente de le branler ; sa teub a complètement disparue. Je le baise dans cette position pendant près de 40mn. Ses gémissements ressemblent plus à des cris de douleur mais il prend son pied. Pendant l'une des pauses, il me dit « Fais moi un câlin. » Je ne sais pas pourquoi, ça m'a grave excité. Je mets mon bras droit dans son cou, il y colle sa tête, je serre mon bras pour l'étouffer un peu. Et j'accélère. Ses gémissements deviennent de plus en plus fort au moment où mes voisins décident d'éteindre leur télé. Je remplis ma passive dans quelques derniers coups de reins, il gueule, Charles annonce qu'il a 17 ans ce soir. Nous restons un moment l'un sur l'autre, il aime quand la teub reste à l'intérieur.
Nous dînons et nous regardons en DVD les kitchendales (miam). Je lui dis que je suis un peu naze, lui propose d'aller se coucher. « Mais tu te lèves tôt demain ?! T'es fou! »
Il rentre par le dernier métro.

Je ne sais pas si je vais le revoir, finalement, il ne me plait pas vraiment. Baiser un mec qui ne bande pas du tout pendant tout le plan, ça me saoule. Un plan cul sac à foutre régulier peut-être.

Commentaire(s)

40 minutes...
un joli surnom ca, Mr 40 minutes

a mon avis ca va en faire rêver plus d'un

Et pendant ce temps, dans le second trou du cul...

On pourra avoir une photo?

Si on bande en lisant les plans cul de Paume,
est-ce un signe de gaytittude avancee ?

Cyril, c'est un signe qu'il faut m'envoyer un mail...