Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

samedi 30 octobre 2004

encore 8 jours

Spleen ce soir. Y a des soirs comme ça, où ça me tombe dessus sans prévenir. Je me sens seul. Envie d'une présence, contre moi. Je nous imagine lovés, enlacés dans le canapé devant un DVD et surtout l'enlaçant dans mon sommeil, mon genou entre ses cuisses. Pas de sexe, ni d'un flot continu de paroles, juste une présence.
En manque de caresses, de tendresse, de câlins.

Je pourrais sans doute choper un mec pour la nuit sur un réseau quelconque mais ce n'est pas mon kiff. J'ai du en rencontrer 3 ou 4 au total. Et puis mon appart ressemble à un bidonville, le ménage n'a pas été fait depuis plusieurs semaines. Et je ne peux pas aller dormir chez quelqu'un ces jours ci.

Je ne suis pas sorti depuis ce sauna, les seules personnes que j'ai vues sont mes collègues de boulot. Cela n'aide sans doute pas à améliorer mon moral et mon bien-être. Aurais-je envie d'un copain ? Non, je ne crois pas. Certaines personnes sont naturellement faites pour en avoir, d'autres non. Suffit d'apprendre à vivre avec. C'est la clé pour être heureux parait-il. Ca marche pour tout, certains devraient peut être y penser.

Evidemment j'ai passé un petit coup de fil à X. Preuve que je n'ai pas fait le deuil de la relation ou question de facilité, je ne sais pas. Ca sera éternellement space entre nous. Mais peut-être parce que je suis sur le point de gagner une année, le paumé se couchera sans avaler de lexo.

Commentaire(s)

Ben tu vas gagner un année mais tu as gagné en maturité aussi, regarde, il y a un an, tu te serais couché avec un lexo, là non. C'est déjà un grand pas en avant. Peut être que dans une année, tu te sentiras prêt à une vrai histoire avec quelqu'un et pas une passade avec X

Avant de toucher le fond... je descends a reculons... faudrait peut etre réagir le petit paumé ;)

Un petit indien, un petit indien
Nagawika, Nagawika
Chantait gaiement sur le chemin
Nagawika, Nagawika (bis)

 










Se souvenir?