Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

jeudi 11 novembre 2004

bal tragique à l'UG

La phrase C'est décidé, aujourd'hui, je baise fût la dernière phrase que j'ai posté avant d'aller à l'UG le dimanche 10 Octobre. Et j'ai baisé, d'ailleurs. Mais j'ai menti sur ce blog. Par omission, pour être exact. Il est temps de rétablir la fin de l'histoire.

Je tombe sur un mec ; tête pas terrible, coupe de cheveux improbable, très beau corps, fin, imberbe et super cul. Et hop dans une cabine 1mn plus tard. Hélas, il me fait rapidement comprendre qu'il est actif. Sa teub est d'une taille normale, environ 16cm. Je suis un peu stressé au début mais il se débrouille bien. Sésame, ouvre toi. Nous alternons plusieurs positions, je prends un pied d'enfer. Vive les p'tites bites.
Je suis sur le dos, il me branle en me baisant, je jouis, il jouit.

Nous passons un petit moment à côté l'un contre l'autre, nous papotons en anglais. #9 est de Barcelone et est en vacances à Paris. Ca se confirme, je devrais aller habiter là-bas, j'ai nettement plus succès.
Le mec se retire, m'embrasse. Je passe inconsciemment ma main sur son sexe, comme à mon habitude, pour vérifier l'état de la capote. Je me relève brutalement et ai juste le courage de dire 2 mots « condom... broke... » Il me dit qu'il n'y a pas de problème, qu'il est safe mais je ne l'écoute pas. Je me repasse le début du plan, où il essayait de me prendre sans capote. Enfin, je crois, puisque j'ai rapidement tendu une capote. Je suis un zombi, je me douche et pars rapidement. J'ai la tête qui tourne, je suis perdu. Je regarde mon téléphone portable, j'ai 4 appels en absence. Je l'éteins.
Je pense à la seine. Oui, c'est une bonne idée, se jeter dans la seine.
Aucun souvenir du retour chez moi. Je rentre à pied, alternant l'envie de me foutre dans la seine et celle de me jeter du 6ème. Je finis devant une infirmière, aux urgences.

- Je viens suite à un accident de préservatif
- Où est votre partenaire ?
- Il ne viendra pas
- Ah mais c'est (bla bla bla bla)
- Je sais.
120mn plus tard, j'avale mes 5 premiers cachets de viracept et le cachet de combivir. Et c'est parti pour un cinquième tour. Qu'ai-je fais cette fois-ci ? Quelle a été mon erreur ? Aucune. Elle s'est cassée, c'est tout. Pas un manque de gel, rien. La faute à pas de chance. Evidement les gens ont toujours de bons conseils dans ce cas « Mais pourquoi vas tu encore dans ce genre d'endroit ? », « Quoi mais tu es passif quand tu ne connais pas ! moi, je ne suis passif uniquement quand je connais ou quand je suis amoureux.», etc...

Cet événement m'a vraiment touché, traumatisé. J'ai eu du mal à accepter, je ne m'en suis pas remis. J'ai super envie de baiser mais je n'arrive pas à passer les portes d'un sauna ou d'une backroom. Va falloir que je me mette à chasser en boite et ramener la viande à la maison, peut-être. Baiser commence à devenir difficile pour moi.
Mais c'est ma façon de vivre. J'aime la baise directe, je n'aime pas passer plusieurs heures à chasser sur le net ou à tourner en boite. Donc je vais en backroom et j'aime ça. Et non, je ne pratique pas le safe sex tel que les curés ACTUPiennes le définissent (elle sucent toutes des capotes et pas des bites non non non jamais). Partant de là, nous sommes dans la gestion de risque. Il y a ceux que j'accepte et ceux qui nécessite un traitement préventif. C'est une démarche personnelle qui ne regarde que moi. Que chacun ait la sienne. Si un jour je me fais plomber, je sais que je n'en voudrais pas, moi, à la terre entière car j'aurais suivi ma ligne de conduite.

Pour conclure sur une note positive, mon bilan post traitement est nickel. Validation définitive début février.

Commentaire(s)

C'est cool de savoir qu'au final tout devrait être Négatif. Je suis content pour toi.

Effrayant !

Ca me calme, ton blog est d'utilité publique, du coup quand je vais à UG, maintenant je tourne, je regarde et rien d'autre.

Triste époque :-(

-«Je pense à la seine.» : s'écrit «scène»
-«Oui, c'est une bonne idée, se jeter dans la seine.» : dire plutôt se jeter dans l'action
-«moi, je ne suis passif uniquement quand je connais» : hé ! ne propage pas ce genre de propos stupides ! (et ce n'est guère correct là encore, remplacer «uniquement» par «que»
-«curés actupiennes» : y'a ce qu'ils disent et ce qu'ils font. g jms trop rencontré ce genre d'exigence (suce avec préso). Et ça me paraitraît un peu bizarre, à se demander s'il ne s'agit pas d'une actupienne hiv+ arf
-ceux qui en veulent à la terre entière, c qu'ils sont méchants à la base, de toute façon.

T'es trop con !

jugement definitif de mcm...

Merde, a falloir que je revienne lire ton post demain quand j'aurais plus la tête dans le cul, il y a certains choses qui m'échappent là.

beuh ca me rappelle des mauvais souvenirs .. bon courage

Bon courage. J'espère l'attente des résultats définitifs ne sera pas trop angoissante pour toi.

Ca veut dire qu'il va falloir que je te lise encore jusqu'en février pour connaître le dénouement de cette histoire de baise ... La poisse ! ;-)

ça veut surtout dire que ce mec assume sa sexualitré, qu'il n'est pas comme ces connards qui depuis six ou huit semaines lui ont pourri la vie en l'insultant (et moi avec, d'ailleurs), que lui au moins ne s'est pas fait plomber. Ca démontre surtout que certains devraient tenir leurs clavier avant que de sombrer dans des mises au pilori virtuelles d'excitées du sac à main résolument incapables de réagir en adulte responsabloe de ses choix, de ses erreurs. Faut vraiment être couillon pour arriver à se faire plomber depuis quelques années !

ouis, va falloir attendre février... et d'ici là, y'aura eu une autre histoire... c'est un peu déloyal, cette astuce pour retenir les gens sur ton blog!
Finalement, le SIDA mental des bigots ça nous coûte moins cher: quand ils ont une hallucination, ils ne demandent pas une trithérapie préventive!

"j'espere"...
Chacun dit qu'il "espere"... C'est carrement con. Tu prends des risques completement cons et tu "esperes" que ca va bien se passer? ...le coup du mec qui joue a la roulette russe, tout seul comm en con, et qu'est tout content de pas encore s'etre foutu une balle. Navrant.

 










Se souvenir?