Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

vendredi 12 novembre 2004

pouet pouet et ça repart

Monoculture mercredi soir. La première de la rentrée dans un nouvel endroit. Idéal pour fêter la fin de mon traitement et le résultat des analyses. Ma très bonne humeur inhabituelle, l'état de mon foie et mes reins ont eu un effet de bord inattendu. Pas envie de drogue. Sans que ce soit une démarche volontaire, simplement pas d'envie. Ma première monoculture sans taz.
Petite before sympathique chez Phil où j'ai assisté à une discussion de couple à laquelle je n'aurais pas dû assister. Une vraie discussion comme je n'en ai jamais connu avec mes mecs. Ca fait bizarre, on aurait dit un couple hétéro. Les remarques ont fusés entre eux, parfois vexantes, parfois constructives, jamais agressives. Je les ai ensuite regardé en train de se préparer, choisir leur vêtement, se pomponner. Trop drôle. On m'a d'ailleurs montré quelques conseils de beauté, paraît-il indispensable.
Arrivée à la Monoculture vers 1h. Hésitation à 30m quand une folle passe en nous disant que c'est à chier. Finalement, il avait complètement tort. Bonne soirée, très cool. J'ai bien kiffé la musique. J'ai une touche avec 3 mecs mais seulement un m'aborde. Manquerais plus que je fasse le premier pas. Ce n'est pas trop mon type mais il est pas mal ; un peu moins d'1m80, yeux clairs, belle gueule, l'air gentil, format Falcon. C'est finalement agréable de serrer un corps trop large dans ses bras. Nous passons un moment dans un coin tranquille à se caresser et à s'embrasser. Nous retournons danser, il continue à m'embrasser, devant tout le monde cette fois. 5mn plus tard, il se retourne vers moi et me dit «Je vais rentrer. Ce n'est pas raisonnable, j'ai un copain.» Connard de fils de pute de sale pédé de merde. Je le laisse partir, tourne un peu, mes tickets sont partis. Je chope Phil et son Gé en pleine scène amoureuse de tox, je les salue et me rentre. Branlette devant un divx et dodo.
Jeudi abominable. Une sale gueule de bois, migraine et mal aux cervicales.

Moralité : Il ne faut jamais prendre de drogue, c'est mal, mais si vous en avez déjà pris, n'arrêtez pas, vous éviterez la gueule de bois

Commentaire(s)

Même soir, même endroit, même état, mêmes mots prononcés... mais ce n'était pas nous !

J'adoooore la moralité !! Génial ! :)

MeMyselfandI > il t'es arrivé la meme chose?

Paumé > Je fais un peu moins d'1m80, yeux clairs et j'ai prononcé ces mots à quelqu'un à cette même soirée ce même soir à quelqu'un de ton gabari... seule différence : il a prononcé les mêmes mots 2 secondes après, lui non plus n'était pas seul...

Faudrait que les mecs maqués portent une marque distinctive.

Une alliance ? ;-)

MeMyselfAndI > je pensais à quelque chose de plus voyant. Je sais pas moi, une grosse cible rouge dans le dos.

Paumé > De toutes façons vu ce que tu en fait des mecs, maqués ou non... fo juste que leur mec soit pas là quoi ;-)

MeMyselfAndI > ca ne les gene visiblement pas pour avoir des remords.

Paumé > c'est peut être qu'au fond c'était un mec pas si mal ;-)

MeMyselfAndI > je ne sais pas, je n'ai pas touché sa bite.

Finalement, une donne branlette, ce n'est pas si mal ..... même si zoner toute une soirée pour en arriver là, c'est moyen ;-)))

Oh tu fais chier Paumé... y'avait de l'espoir dans la derniere phrase de MeMyselfAndI... !! Tu as toujours le mot de la fin hein !

Très bonne morale... pour ceux qui ne l'ont pas déjà vécu...

Paumé, en fait, il a un copain depuis le début, mais lui, il ne le dit absolument à personne ;-)

c'est aux caves saint sabin ce truc ?

Les mecs mariés se reconnaissent aux cornes qu'ils portent sur le front.

ouais, sympa la morale

 










Se souvenir?