Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

jeudi 09 décembre 2004

Brrrrr. Les capotes ont de l'avenir, je vais acheter des actions Durex [via]

Commentaire(s)

il y a un veritable de banalisation des pratiques bareback..avec une espece de position morale de laisser faire qui est quand meme plus que questionnable.. qu'un mec de 50 ans deja contaminé decide de jouer avec sa vie, c'est deja criticable, mais quand un petit jeunot accepte n'importe quoi de peur d'etre ringardisé (comment tu mets une capote ?? mais voyons, le jus c'est quand meme le nec plus ultra des sensations..) la il ya un vrai probleme d'irresponsabilite collective

Bel alignement de mots. Tu devrais faire de la radio...

C'est quoi qui doit faire le plus peur, l'article de libé ("l'homophobie (...) touche également (...) les hétéros") ou 6000 contaminations officielles pour l'année ?
A noter aussi la classique tentative d'amalgame entre la situation en France et en Afrique qui rassure le lecteur moyen (ça ne peut être qu'une maladie de tiers-monde), une occasion de mélanger le pacs là dedans (c'est quoi le rapport entre le pacs et le VIH ?) histoire de rassurer encore qu'une contamination VIH ne concerne que les pd, et bien sur oublier de préciser que les hétéros se font concurence avec les homos en nombre de contamination (là encore "officielles").
Hilarant aussi la petite phrase "La crise de rupture familiale suite à l'annonce d'homosexualité est souvent à l'origine d'une surexposition des jeunes gays au VIH."; la prochaine fois que je m'engueule à mes parents, j'oublierai pas d'aller baiser sans capote.

Bref, encore du Libération dans toute sa splendeur, où le journal essait de se montrer plus effrayant que ce qu'il annonce.

http://www.unaids.org/

Les fantômes sociaux arrivent avec leurs idées les plus extremes.

 










Se souvenir?