Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

mardi 11 janvier 2005

barebacking

Il y a une question qui me trotte dans la tête depuis un moment. Avec tout l'effervesence provoqué par la diffusion de The Gift et du débat qui en a suivi, je vais en profiter pour poser ma question. De nombreuses personnes parlent des barebackers et de leurs pratiques, mais personne ne commence par définir le terme.
Et j'ai quelques problèmes avec ce terme. Je crains que le périmètre du barebacking soit flou et que personne - assos et quidam moyen - ne parle réellement de la même chose.

Pour moi, le barebacking c'est quand un mec baise sans préservatif avec un partenaire occasionnel, quelque soit leurs statuts sérologique.

Un couple séroneg décide de baiser faire l'amour sans kpote.
Et s'ils sont séropos ?
Et s'il s'agit d'un couple « libre » ?
Barebacking or not ?

Qu'en pensez vous?
J'espère qu'au moins un militant lit mon blog, son avis m'interresse.

PS. Voilà une réponse intérressante
En revanche, la notion de bareback ne semble pas inclure les partenaires réguliers, séronégatifs qui choisissent de ne pas utiliser de préservatifs, que la relation soit exclusive ou « ouverte » (dans ce dernier cas, chaque partenaires se protège lors de ses rencontres occasionnelles). Comme le souligne, avec peut-être un brin d'humour, Rick Sowadsky, coordinateur de la ligne d'écoute VIH-sida de l'Etat du Névada, « Si les deux partenaires ne sont infectés ni par le VIH, ni par aucune autre MST, le barebacking est 100% sûr du point de vue des maladies infectieuses. Dans ce cas, il tombe dans la catégorie du safe sex » (Sowadsky, 1999).
Aborder le bareback revient donc nécessairement à sortir du silence qui entoure la sexualité des personnes séropositives.


Le problème est réglé, rendons le barebacking aux séropos.

Commentaire(s)

Et si jamais le militant pouvait s'appeler Emmanuel Chateau...

Je l'invite à diner pour en discuter !

Bon, je propose ma vision :
- couple séroneg apres test de vérification : non
- couple de S+ (les deux sachant le statut de l'autre) : non
- pour le couple libre quand se sont les deux du couple de base non mais si ils vont voir ailleur et qu'ils baisent sskpote alors la oui.

ps: suis content paume de voir que tu suis encore mon blog, ça me fait plaisir :)

Je milite depuis plus de dix ans dans une assos parisienne et m'occupe de prévention et rdr vers les gays; j'ai mon mot à dire et quelques pistes françaises intéressantes à te filer si cela t'intéresse ofcourse, babie.
Là, je dois filer mais promis, je t'envois un mail, si tu peux attendre 24 heures et des poussières encore...
Bises ciblées.

la définition la plus simple du bareback est celle qui fut donnée à l'origine : "having sex without condom". Tout est dit et à partir de là tout le monde peut tenter d'y mettre les paramètres qu'il veut pour jsutifier ou expliquer.
En revanche le bareback tel qu'il est médiatisé maintenant est intimement lié à la notion de partage du virus... (et donc en écrivant ça, je donne une connotation sociologique, éthologique voire morale... mais j'assume !)

@rubberboy: tien, je serais aussi intéressé

Le sens du mot bareback a été dévoyé depuis plusieurs années. A l'origine, il ne décrit pas des pratiques, mais un discours : un discours qui parle de responsabilité individuelle au lieu de responsabilité partagée (en gros, chacun sa merde), et qui invite à ne plus mettre de capote pour tout un tas de raisons. Dans la pratique les situations sont tellement variées, que ce terme de bareback ne peut pas à mon sens être utilisé. Pour quelles raisons un mec ne va pas mettre de capote quand il baise avec un autre, et pourquoi cet autre là ne va pas en mettre aussi ? En rangeant tout ça sous le vocable de bareback, on simplifie à outrance et on fait de tous ceux qui baisent sans capote de malfaisants barebackers. De là à les mettre en taule, il n'y a qu'un pas, qui vient justement d'être franchi. Merci, au passage, à tous les connards qui ont œuvré dans ce sens (et je ne pense pas seulement à Dustan & co).

Kitt, t'es intéressé par les infos ou par les bises ciblées ???

une fois de plus une réflection intéligente, j'espère qu'aucun con va t'envoyer de mail d'insulte cette fois...
merci ;)

@solal: c mauvais si je marque les 2? :-p

"Qui vient d'être franchi" ? J'ai raté quelque chose ?

Faut arrêter d'enculer les mouches : le barebacking c'est baiser sans filet ; quelque soit son statut sérologique à VIH et aux autres saloperies.
Pour certains, ça peut aussi devenir un mode de vie ou une "philosophie sexuelle" (Cf Rémès, ou même a contrario Lestrade) mais ça, c'est du "pignolage"
En tout cas, ce qui est parfaitement réussi avec la diffusion du documentaire The Gift et du débat qui s'ensuit, ici et ailleurs, c'est une nouvelle stigmatisation des séropositifs. Ca faisait bien longtemps que je n'avais pas eu le sentiment d'être à ce point montré du doigt, vilipendé. Il faut bien être conscient que par réaction, cela renforce le réflexe de repli communautaire sur soi - avec l'émergence de radicaux, de véritables bombes biologiques - C'est fort. Très fort. Certains en ont rêvé. D'autre l'ont fait. On ne parle plus de "nous", en terme de communauté des pédésexuels, mais de "eux" : les autres, ceux dont le statut sérologique diffère.

phil: content que tu utilise le mot "pignoler", celui-là me fait toujours marrer quand je le lis...

que des mecs, qui savent ce qu'ils font, barebackent entre eux ça me dérange pas.

je trouve juste très naze de voir les infections MST diverses repartir.... tout ça pour ça. Vous me direz, est-ce que ça a un rapport ?.......

garoo, "Qui vient d'être franchi": M. lit les journaux mais malheureusement il a pas compris qu'un journal était constitué de PLUSIEURS articles - et non d'un seul. Il a donc cru que l'histoire du mec a strasbourg qui a contaminé deux filles, un portrait de dustan, lepen qui parle d'enfermer les sidéens - et peut etre meme le tsunami - et sarko?, c'était la même histoire.
mais non M. ! y'a un truc facile à retenir : les articles sont séparés par des TITRES, marqués EN GROS.

Pourtant M. n'a pas tort à mon avis en disant que le terme de bareback n'est plus adapté

cé marrant, on démarre pour savoir ce que veux dire bareback, et on fini par se demander avec quel nom on peut étiqueter diverses pratiques actuelles. alors, qu'est ce qu'on dit ?

@ludo : je te rends ton pignolage : je n'en veux pas

@kitt au sujet de: - couple de S+ (les deux sachant le statut de l'autre) : non
Sans rentrer dans le débat de savoir si c'est
bareback ou pas, il est clair que ce n'est pas
"safe". Il n'y a pas qu'une seule souche de virus.
On peut très bien se faire réinfecter quand on est
déjà infecté. Et peut-être par une souche qui sera
resistante au traitement suivi.
A.

@ansset: je sais, je connais le principe du virus que je le ai éudié pas mal durant mes études ;)

Bareback est baiser sans capote quelque soit le statut serologique de la personne.
A mon avis la plupart des personnes qui le font sont conscientes du risque encourru, il y a assez d info dans le milieu gay, la presse la rue les amis ... pour savoir que le vih est la .
J ai pratique le barebacking avec des mecs que je ne connaissais pas et que je ne pourrais pas reconnaitre, j etais conscient du risque encourru, j ai apprecie, j ai pris mon pied jusqu a ce que l annee derniere au debut de ma relation avec mon actuel partenaire j ai fais le test HIV.
Et oh quelle surprise j etais positif avec 164 cd4 donc tres bas.
Je ne me sens pas victime, je n estime pas que celui ou ceux qui m ont contamine soient bourreau comme je n ai pas ete viole et que je savais le risque.
Ajoute au VIH je me suis aussi chope la Syphillis
Le seul fautif c est moi, maintenat si j etais celibataire je ne pense pas que je baiserais sans filet, j accepte ma situation, je suis aussi tres bien entoure et mon partenaire est aussi HIV+ mais je suis aussi conscient que d autres n ont pas ma chance et j ai pas envie, sachant que je suis porteur de le passer a quelqu un d autre.
Sur la remarque je suis un HIV+ de 92, oui a l epoque c etait plus dur a entendre et a accepter comme la tritherapie n etait pas encore disponible mais ON MEURT TOUJOURS DU SIDA
Alors barebacker je ne vous critique pas mais reflechissez, faites un test et un bon conseil apprenez a prendre du plaisir avec capote.
HIV Syphillis, tritherapie jusqu a la fin de sa vie effets secondaires, diarrhees, gros bide et poitrine qui pousse, hallucinations et paranoia.... Ca vous tente?

Jak > Merci de ton commentaire, simplement merci

@Jak : merci beaucoup Jak!

>Jak: Merci pour ton témoignage.

 










Se souvenir?