Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

dimanche 27 février 2005

( )

C'est assez étrange comme sentiment quand on rentre dans son appart presque 24 heures après l'avoir quitté. Alors que rien n'était prévu. J'ai cette impression de doux rêves, de rupture dans le train train quotidien sombre et insipide. Une parenthèse de tendresse, de chaleur, de renouveau, d'amusement.
Hélas, tout se remet en place une fois la porte de l'appartement passé. Nous sommes dimanche soir, demain taff, aucune corvée ménagère faite et cette parenthèse m'a épuisé.

Commentaire(s)

T'es jamais content, ma pov' fille ! :-)

fin de week end... j'aime pas non plus

tu regrettes d'être parti?
Au moins, il te reste des souvenirs, ça aide à supporter le quotidien ;o)

Et comment était-il l'heureux élu du week-end ... ?

c'est vrai ça!!! raconte!!! :-P

 










Se souvenir?