Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

mardi 01 mars 2005

c'est la course

J'sais pas comment vous faites, vous les blogueurs pour causer sur votre blog et vivre en même temps ! Parce qu'en ce moment, j'en ai des choses à vous raconter !
Va falloir que je vous parle de numéro1, numéro2 et numéro3. Ce sont des sacrés numéros, j'vous le dis. Pour l'histoire, ce sont les mecs qui m'ont dragué samedi soir aux crazyvores, classé par ordre chronologique « d'abordage ».
Evidement, ils ont des prénoms mais bon, qui en a quelque chose à foutre ? Et puis, à force de raconter la soirée à mes potes, maintenant, on parle d'eux comme ça. Et moi, je retiens mal les prénoms, mais très bien les surnoms que je donne aux gens.

Commentaire(s)

Tu peux éviter stp de nous parler des Crazyvores ?
Ca va mal finir cette histoire…

Ah les crazyvores… c'est même plus «Deeper and deeper», c'est «Cheaper and cheaper».

Oui, on commence à s'en lasser de tes histoires de mecs du crazyvore... rien d'autre intéressant en vue? vécue?

hé bé raconte...!!!

pfff pourquoi moi personne ne m'aborde jamais quand je vais aux crazyvores ? :-(

C'est vrai ça, soyons super cohérent, pourquoi je me ferai pas chier à faire le tour des backrooms parisiennes pour baiser avec un séropo en échec thérapeutique alors que je me fais draguer par une demi-douzaine de mecs aux crazyvores (soirée où la musique est naze, je vous l'accorde).

J'ai jamais entendu de bon son dans une soirée de pédé.

Si la musique était naze aux crazyvore, ca se saurait et moi je n'y mettrais pas les pieds... N'est-ce pas Monsieur ;)

Cher K, on doit pas traîner dans les mêmes…
Arrête de faire aveuglément confiance aux bons plans d'e-male !

 










Se souvenir?