Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

mercredi 29 octobre 2003

monastère tibétain

Ce SMS était sans doute mal placé, toujours est il que je n'ai pas eu de nouvelle de mon ex depuis. Je n'aurais pas dû sous entendre qu'il me manquait. Cela m'agace au plus haut point mais d'un autre côté, je pense que c'est positif. Il faut que je sorte que cette histoire. Mais je ne sais pas comment.

On a toujours été en phase avec S. Il commence à se demander s'il ne doit pas aller voir un psy. Et moi, ca fait déjà quelques semaines que j'y pense. Cela permettrait au moins d'avoir des calmants pour mes éventuelles descentes!

Je me prépare doucement à l'arrivée de ma mère pour une semaine. Ca me gonfle tellement, mais bon, cela fait partie des social relationships.

Je veux partir loin, au soleil, à l'autre bout du monde, seul, afin d'être en paix avec moi-même.

mardi 28 octobre 2003

Mise en veille

Quelle fleime.. Rien à raconter ces jours ci, je commence à hiberner. Si je passe une nuit de moins de 10 heures, je me lève comme si je ne n'avais pas dormi de la nuit. Du coup, je glande chez moi, je ne suis pas sorti du week-end.

J'ai failli aller à l'Univers Gym ce soir, mais la température n'a fait changer d'avis. Et mon ex aussi, en fait. On s'appele encore toujours les jours - matin et soir -, notre relation est tellement space que je préfère attendre un peu. Sait on jamais. J'ai préféré lui envoyer un SMS Tu sais que tu es la dernière personne avec qui j'ai fais des calins ? Ca commence à me chatouiller. Il a osé répondre Moi aussi alors qu'il a baisé avec son cousin depuis. Humpf.

Je vais essayer de prendre quelques jours de vacances mi novembre, histoire de souffler un peu et recharger mes batteries pour repartir à la recherche des rares pds qui n'hibernent pas.

vendredi 24 octobre 2003

handkerchief

Xième discussion avec mon ex aujourd'hui. Certainement pas la dernière, l'antépénultième dans le meilleur des cas. Je n'arrive pas à couper les ponts et il fait tout pour que cela ne se produise pas. Bref.

Je n'arrive toujours pas à me motiver à retourner dans des backrooms pour me vider les couilles. Il va quand meme falloir me bouger car je n'ai bientôt plus de kleenex. J'ai le même souci psychologique que pour ma seconde tritérapie ; j'ai les boules. Je me souviens encore du medecin qui m'a dit la fois derniere : La proportion de séropos dans la communauté homo à paris atteint le même pourcentage qu'en afrique (mais sur la totalité de la population). Ca me bloque totalement. J'ai mis 8 mois à retourner dans une backroom la derniere fois. Une majorité de mes potes me diront que c'est une bonne chose. Mais c'est le seul moyen que j'ai pour faire des rencontres. Je ne vais déjà plus sur dialh ; discuter, donner ses mensurations, envoyer des photos, demander des photos, renvoyer d'autres photos, c'est assez rapidement pénible (n'est ce pas b. ?)

Mais que faire à paris si vous etes seul et qu'il est bientôt minuit ? A part les backrooms, je vois pas. Le reste, il faut sortir en groupe. Au moins, en province, on se pose moins de questions. Si j'y étais resté, je serai certainement en direction de cette boite miteuse dans le parking de la gare SNCF.

Je n'ai plus de xanax, ni de lexo. Un medecin m'avait filé du librax. C'est une saloperie pour les malades imaginaires. Quand on en prend deux, on entre dans une certaine torpeur. C'est déjà mieux que rien. Je me demande son interaction avec de l'alcool. Il faut absolument que j'aille chez un medecin me faire prescrire un calmant et un somnifère.

Ah, si j'étais riche. Je me taperai pleins de mecs mignons, dont certains seraient tellement bons acteurs que je les croirais amoureux. Tous les soirs un mec dans mon lit. J'aurais un pot de cocaïne sur ma table basse et je passerai mes journées à choisir mon prochain lieu de vacances.

Pause miroir. Ca ne va pas être possible pour le jeune homme. Mieux vaut que je reste chez moi, sobre, avalant régulierement du librax jusqu'à sombrer dans un sommeil profond. Je pourrais me ainsi lever tôt, pour me venger de mes ex en soulevant quelques kilos de fonte. La routine a du bon.

PS : Mais j'y pense, j'ai encore mon Seresta!

Le Monde.fr : Ce soudain et triste affaissement du biscuit

jeudi 23 octobre 2003

rencontre du 3ème type

Après deux ou trois annulations, j'ai sauté le pas. Sans doute parce qu'il m'a fait cette proposition 24h à l'avance, et avec humour.
On se fait un plan direct dîner mardi soir ?
Pourtant le pari n'était pas gagné.
Pourquoi voudrais je rencontrer quelqu'un qui ne parle que des livres qu'il lit, des films qu'il voit? Sans oublier de ses amis - qui lui apportent tant de choses -.

Mais j'ai accepté. Peut-être dans la lutte contre ma timidité, peut-être juste ma curiosité.

21h, le téléphone sonne. rendez-vous au métro Rue des Boulets.
Voix pédé classique.
Je commence à me demander dans quelle merde je me suis fourré.

J'arrive, Matoo est assis sur un banc. Il semble me reconnaitre tout de suite. Il est bien plus petit que je ne l'imaginais, moins efféminé que je ne le craignais.

La discussion s'amorce facilement, principalement dû à son extreme sociabilité. Nous parlons de blogs assez rapidement ; il semble surpris que je ne sois pas un lecteur de blogs assidus. Nous ne restons - heureusement - pas sur ce sujet de discussion toute la soirée.
Il me raconte un peu son quotidien avec M. et je découvre quelqu'un de particulièrement tolérant. Je ne pensais même pas que ca puisse exister.

C'est en fait quelqu'un d'intéressant, intelligent, employant avec aisance un vocable châtié.

La prochaine étape est la rencontre avec Matoo et M. Moi, curieux ?

Je suis de retour chez moi un peu avant minuit et X. m'appele. Je lui résume la soirée en lui expliquant sobrement que j'ai diné avec un inconnu. Il a visiblement tendance à oublier que je n'ai plus de compte à lui rendre.

Métro

Ligne 8, au bout du wagon où il y a les 3 sièges face à face. Je m'installe a côté d'un couple. Un mec me bouscule pour être sûr d'etre en face du couple.
Ils sont jeunes, aux alentours de 23ans. Le mec est un rebeu magnifique, au moins 1m90, digne d'apparaître en couverture de magasine. Le mec en face du couple est habillé en caillera, genre macho hétéro.
Mais quelque chose cloche.

Le mec fait semblant de dormir mais ne peut s'empecher d'ouvrir les yeux pour mater le couple en train de s'embrasser. Il regarde ses mains, les compare aux mains énormes du rebeu. Il referme les yeux, fait semblant de dormir mais jete de temps à autres de regards sans équivoque.

On sent le regard rempli d'envie, de convoitise et de jalousie de cette chienne en chaleur.

Je descends, le sourire au lèvres, l'imaginant en train de coiner, se faisant limer par ce superbe étalon.

dimanche 19 octobre 2003

Never opened myself this way
Life is ours, we live it our way
All these words I don't just say
And nothing else matters

Life is mine, the end too.

J'ai vu mon ex ce soir. Rapidement.
C'est le mot qui résume l'impossibilité de notre relation.
Pourtant, il y a des sentiments forts de part et d'autre. J'en suis persuadé.

Mais Il vit pour l'établissement qu'il gère : il y travaille, il y mange, il y dort. Il n'a absolument pas le temps d'avoir un petit ami, il n'a même du temps pour lui.

Putain de vie.

samedi 18 octobre 2003

Il a annulé ce matin.
Je viens de l'appeler, il était en train de dormir...
Alors qu'hier soir, il me disait qu'il était sur le point de se coucher et il n'était que 22heures.

Pourquoi suis je jaloux?

vendredi 17 octobre 2003

Retrouvailles

Qui a dit que c'était terminé perdu avec mon ex? Moi le premier. Il a pourtant repris contact cette semaine.
Doucement.
Un SMS en milieu de semaine dernière.
Un message sur mon répondeur 3jours après ma réponse par SMS à la sortie du mariage (Je sais que je n'aurais pas dû, mais c'est tellement déprimant les mariages.)
Un message rapide sur son répondeur.
Et puis, nous nous sommes eu au téléphone.
20-25mn mercredi, 30-45mn jeudi et une bonne heure ce soir.

On se voit demain pour qu'il m'aide à m'acheter des fringues sympas.
Je ne comprends pas, je suis perdu.
Tout avait l'air clair pourtant.

Ce n'est plus le cas maintenant.

Je vais faire comme quand j'étais gamin.
les + : il me plait énormément, je peux tomber amoureux, on s'est très bien entendu (au début...), il a un sale caractère, il est tendre et sexe à la fois, j'arrive à faire des plans sur la comète quand je me sens bien avec lui.

Les - : son boulot, son manque de disponibilité, son côté macho, sa vision du couple, son impulsivité, le manque total de confiance que j'ai eu lui maintenant, le manque de confiance qu'il a envers tout le monde, je ne suis pas triste qu'il m'est quitté mais que personne ne soit dans ma vie.

OK, c'est nettement plus clair, je n'en ai rien à foutre de ce mec...

Vous y croyez, vous?

jeudi 16 octobre 2003

Demain, le dépot fête ses 5 ans.
Et dire que je me souviens de son ouverture.

mardi 14 octobre 2003

Condoms

Regarde à travers les vitres de la pharmacie.
Une vieille coincée et frigide range des papiers.
J'entre, le sourire aux levres.

- Bonjour, vous avez des préservatifs?
- Oui, tenez, une boite de 5.
- Euh, vous n'avez pas une boite avec plus que 5 ??
Je n'aurais peut etre pas dû sourire à ce moment là mais son expression choquée était tellement drole.
- Oui, par 12.
- Parfait!


Au moins, maintenant, j'ai de vrais préservatifs et pas ces saloperies données dans les backrooms.

Comment laver un chat?

1. Nettoyez soigneusement les toilettes
2. Ajoutez la quantité adéquate de shampooing dans l'eau des toilettes et remontez le couvercle
3. Récupérez le chat et calmez-le pendant que vous l'emmenez vers la salle de bains
4. D'un mouvement sec, mettez le chat dans les toilettes et fermez le couvercle (vous aurez peut-être à vous asseoir dessus pour que le chat ne s'échappe pas)

ATTENTION :

Ne laissez pas la moindre partie de votre corps trop près du bord car les pattes essaieront d'atteindre tout objet. Le chat s'agitera et fera plein de bulles de savon. Ne vous inquiétez pas pour le bruit qui sortira des toilettes, le chat est en train de s'amuser

5. Tirez la chasse 3 ou 4 fois. Ceci fera un nettoyage et un rinçage que j'ai trouvé très efficace

6. Demandez à quelqu'un d'ouvrir la porte vers l'extérieur et assurez-vous qu'il n'y a personne entre les toilettes et la porte

7. Mettez vous derrière les toilettes aussi loin que possible et soulevez rapidement le couvercle

8. Le chat tout propre sort des toilettes comme une fusée et se séchera tout seul

Sincèrement,
Signé: Le chien.

lundi 13 octobre 2003

J'ai pas 30ans

J'aime pas l'habitude
j'aime pas quand ca dure
etc...

Cette chanson nullissime d'Alizée resume bien la situation.
Plan cul médiocre avec un intello (ils ne bandent pas, c'est bien connu) hier soir. Ce soir, je revois le mec de la semaine derniere. J'espere bien le remplir et que ca déborde.

D'humeur lunatique, je n'arrive pas à prévoir ce que je fais la veille pour le lendemain. Hélas, mon père passe me voir une partie de la semaine, et ça me saoule déjà.

samedi 11 octobre 2003

Lui

Je pense à lui depuis ce matin. Dans mon lit, je ferme les yeux et revis cette dernier nuit de calins. Nuit passée à dormir enlacé autour de celui qui occupe toutes mes pensées. Gestes tendres, complices, caresses d'amants s'appréciant.

Un instant de pur bonheur qui dura une nuit.

Quand j'ouvre les yeux, je le vois, l'imagine avec son cousin vivant les mêmes instants.

Je veux me détuire, je veux disparaitre.
Donnez moi de la drogue, beaucoup, beaucoup.

Je me suis décidé à aller faire un tour à la soirée Eyes need sugar à la Scène. J'avais bien aimé cette soirée lors de la Gay Pride.
Mais là, l'horreur. Les mecs tous vieux et moches, musique sympa mais pas grandiose.

L'alcool aidant, je suis parti avec un vieux moche que j'ai ramené chez moi. Mais vraiment moche... Comment je m'en suis pas rendu compte plus tôt ? Bref, arrivé chez moi, il a voulu me prendre direct sans préliminaire sans capote.
Mais pas longtemps, juste deux minutes.

Je lui ai simplement répondu Barre toi.

jeudi 09 octobre 2003

News, no news

Mon ex (X. du queen à ne pas confondre avec X de Londres) a essayé d'avoir des nouvelles de moi malgré le mail que je lui ai envoyé dimanche. Je n'ai pas répondu et cela ne m'a pas rendu malade.
Pas encore.

mercredi 08 octobre 2003

Bloggers

Cette espèce de gens est assez bizarre. Peut-être est-ce seulement ceux que je lis. Ils ont tous un problème, ne savent pas où ils vont, ni pourquoi. Ils ont tous un côté égocentrique et narcissique. Une majorité prend des drogues, même si ces dernières sont considérées comme douces.

Ces personnes se cherchent. Elles ont un but à court terme - trouver un boulot, un petit ami(e) ou simplement de l'argent - en se persuadant qu'une fois cette chose acquise, le bonheur sera atteint.

Mais ce n'est jamais le cas. Il y a toujours quelque chose qui ne va pas. Je ne connais personne qui me dise Je suis heureux pendant une période suffisamment longue pour que ce soit crédible. La seule personne Heureuse que j'ai rencontré n'avait pas la capacité intellectuelle pour se poser la question.

Rares sont les gens qui entrent dans ce cadre que notre société considère comme normal : Avoir un travail et être heureux d'y aller, Désirer se mettre en couple et s'y épanouir, Ne pas boire, Ne pas se droguer, ...

Nombreux sont donc les laissés pour compte, et rares sont ceux qui réussissent à trouver, assumer leur propre voie et vivre en marge de cette normalité.

Je les envie. Je n'arriverai jamais à entrer dans ce cadre et pourtant je continue d'essayer et il ne se passe pas une semaine sans que je ne le regrette.

Bon, qui s'amuse à m'inscrire à des PA Gay sur mon mail perso?
Ca me change des bonnes femmes d'afrique ou des pays de l'est qui postulent pour tourner dans des pornos, mais bon, ca va finir par m'agacer.

A part ça, Ethan Hawke est toujours aussi... torride.

Pas grand chose à raconter... Mon plan m'a rappelé hier midi pour me revoir mais je suis pas tres motivé. Des mecs veulent me rencontrer sur dialh mais ils habitent trop loin.
Pas non plus envie d'aller dans une backroom.
Pas envie de bosser mais j'y passe quand même 9h par jour.
Pas envie de rencontre des gens que je ne connais (ceci est un message subliminal à une invitation reçue hier soir).
Pas envie d'être agréable avec mes rares potes, d'ailleurs un vient d'être rayé de la liste.

Préfère me coucher à 22h et à dormir.

Seule point positif de la semaine est que finalement, je n'ai pas été invité à l'enterrement de vie de garçon, ouf.

mardi 07 octobre 2003

Y a un début à tout

J'y suis arrivé!
Ce soir, je me suis fais mon premier plan cul avec un mec trouvé sur un chat. Je ne lui ai meme pas posé de lapin. Je ne suis pas à l'aise dans ce genre de truc, je suis même vraiment très mal à l'aise. Mais c'est en travaillant que je vais vaincre ma timidité. Arf!

Bon, il habite à 100m de chez moi, donc c'était un avantage.

Il était pas trop mal, assez ressemblant à ces photos.
Une bonne passive, bien que je le croyais plutot actif au départ.

La phrase de la soirée aura été - quand il était sur le point de jouir - Oh oui, va y, remplis moi.

lundi 06 octobre 2003

What's life?


Honteuse

Non pas que je sois une honteuse, mais je ne vois pas l'intérêt qu'on sache que
je sois pédé au boulot. Les gens ont des doutes mais aucune certitude.
Les bonnes choses ont une fin.
Un collègue se marie samedi et m'a invité : j'ai tout fais pour y échapper. En vain.

Mais le pompon est qu'il m'a invité a son enterrement de vie de garcon qui devrait avoir lieu cette semaine.
Devinez quoi. On va se retrouver dans une boite où des femmes dansent à moitié nu et où on leur fout des billets dans leur maillot.

Au secours.

samedi 04 octobre 2003

Bye

X.,

Je crois que je préfère ne plus avoir de nouvelle de toi pendant quelques semaines. Je reprendrai l'initiative du recontact et de ce qui s'en suivra.

A bientot

PS: pour préciser, il s'agit d'un mail que j'ai envoyé à mon ex ce matin (et non, l'inverse comme certains le pensaient).

Whisky, whisky et encore whisky.
Soirée techno sans drogue au scorp.
Je me rends compte que l'homme de ma vie nuit n'est pas la, que je n'ai pas le courage d'attendre qu'un moche vienne me draguer.

decide de partir, gavé de sky et les larmes aux yeux.

vendredi 03 octobre 2003

Je viens d'appeler mon ex.
Trop de choses tournaient dans ma tete. Je commencais à m'imaginer que cela pouvait repartir.
Finalement non.
Il voulait prendre de mes nouvelles, savoir comment j'allais. Il est en fait tombé sous le charme de son copain bisexuel, et ils ont couché ensemble cette semaine (sympa les détails au téléphone, non?). Cette relation lui convient parfaitement car il ne veut pas s'engager dans une relation (le cousin a pour le moment une copine)...

Dans 5mn, ma cousine va arriver. Et il va falloir que je sois souriant, drole et en pleine forme.

Alors que j'ai les larmes aux yeux.

jeudi 02 octobre 2003

Contact

Je viens de découvrir ce soir l'intérêt de Popstars : s'essayer au repassage. Et, pour une deuxième tentative, je suis fier du résultat ; il y a des faux plis, mais ce n'est pas si mal. Mais bon, si vous voulez faire mon repassage et mon ménage, n'hésitez pas à m'envoyer un mail.

J'ai recu un SMS de mon ex hier soir me demandant comment j'allais. J'ai repondu de façon assez brève et sèche. Je ne sais pas le but de son SMS mais je commence déjà à imaginer qu'il veut me revoir. Mais je le laisserai faire le premier pas. S'il ne le fait pas, c'est qu'il n'est pas intérressé et s'il le fait, ca matera un peu son complexe de supériorité.

mercredi 01 octobre 2003

chaos

Ca va faire maintenant 3 jours que je n'ai plus de nouvelle de mon ex (ce qui est tout à fait normal, puisque nous nous sommes séparés).
Je me sens toujours aussi seul.
Mais je n'arrive pas à savoir si ce sentiment est dû à mon ex lui-même ou si c'est le seul fait de ne plus avoir quelqu'un à qui penser.

Yahoo! Actualités - Colin Farrell raconte sa descente aux enfers

Oouch.

Catz blog

Jour n° 152 :
Mes ravisseurs continuent à me provoquer avec de bizarres petits objets pendouillant au bout d'une ficelle. Ils se gavent de viande fraîche au dîner pendant qu'ils me forcent à manger des céréales déshydratées. La seule chose qui m'aide à tenir le coup est l'espoir d'une évasion, et la maigre satisfaction que je retire de temps à autres de la destruction d'un meuble. Demain, je mangerai peut-être une autre plante d'appartement.

Jour n° 161 :
Aujourd'hui, ma tentative d'assassiner mes ravisseurs en me glissant dans leurs pieds pendant qu'ils marchaient a presque réussi. Il faudra que j'essaie encore depuis le haut des escaliers. Dans l'espoir d'induire dégoût et répulsion chez ces vils oppresseurs, je me suis encore forcé à vomir sur leur fauteuil préféré. Il faudra que je recommence sur leur lit.

Jour n° 165 :
J'ai décapité une souris et leur ai apporté le corps, afin de leur faire comprendre ce dont je suis capable, et pour frapper leurs coeurs de terreur. Mais ils se sont juste extasiés et se sont répandus en paroles onctueuses et condescendantes, me disant à quel point j'étais un bon petit chat. Hmmm... Ca ne fonctionne pas conformément au plan.

Jour n° 168 :
J'ai enfin réalisé jusqu'à quel point allait leur sadisme. Sans aucune raison, j'ai été choisi pour le supplice de l'eau. Cette fois, de plus, il comprenait une substance chimique mousseuse et piquante nommée "shampooing". Quel cerveau malade a bien pu inventer un tel liquide ? Ma seule consolation est le morceau de pouce que je tiens encore entre mes dents.

Jour n° 171 :
Aujourd'hui s'est tenue une sorte de réunion de malfaiteurs. J'ai été placé à l'isolement pendant l'événement. Cependant, j'ai pu entendre le bruit et humer l'odeur nauséabonde de ces tubes de verres qu'ils appellent "bière". Plus important, j'ai réussi à obtenir l'information que la raison de ma réclusion était mon pouvoir "allergisant". Il va falloir que j'apprenne de quoi il s'agit pour que je puisse l'utiliser à mon avantage.

Jour n° 174 :
Je suis persuadé que les autres prisonniers sont des comédiens ou peut-être même des mouchards. Le chien est relâché tous les jours et semble plus qu'heureux de revenir. C'est visiblement un attardé mental. D'un autre côté, l'oiseau doit être un informateur puisqu'il leur parle constamment. Je suis certain qu'il leur rapporte mes moindres mouvements. Tant qu'il restera dans cette pièce de métal, sa sécurité est assurée. Mais je peux attendre. Ce n'est qu'une question de temps.