Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

samedi 31 janvier 2004

rencontre nocturne

Nous dormons dans les bras l'un de l'autre, j'ai la queue en feu, lui a mal au cul, 8 capotes usagées trainent par terre.
Quel pied.

vendredi 30 janvier 2004

journée bien remplie

Sécu, ophtalmo, laboratoire d'analyse, coiffeur, courses, sieste et correction d'un bug du blog sous mozilla.
Résultat de ma sérologie lundi... En attendant, l'infirmier (qui ressemblait à un monstre sorti d'un épisode de goldorak) m'a tendu mon bras (celui avec la tendinite) d'un coup sec. Je l'ai insulté pendant tout le temps où il me piquait. Le pauvre n'a même pas osé dire quelque chose.
Quant à l'ophtalmo, intervention chirurgicale probable sur ma paupière. verdict le mois prochain. En attendant, je suis bon pour éviter tous les lieux publics.

Six feet under 1.09 "La vie est trop courte"

Voilà une bonne réclame pour la drogue, ça fait plaisir à voir. Bons slogans, belles images, même si cela ressemble un peu aux lessives qui lavent plus blanc que blanc. Certes, la trame de fond est l'enterrement d'un gamin de 6 ans qui s'est tiré une balle dans la tête.
Mais j'ai envie de sortir et de m'amuser maintenant, moi.

jeudi 29 janvier 2004

18 heures plus tard...

Mon téléphone sonna et sa première phrase fut : Epouse moi !

PS: au cas où certains en doutent, sa phrase était uniquement pour me faire réagir. En vain. Il a recommencé à me parler de son mec, je lui ai rappelé notre discussion d'hier et j'ai raccroché.

PPS: il vient de m'appeler à l'instant, il vient d'apprendre une mauvaise nouvelle, je file le rejoindre. Je ne suis qu'un sale con.

PPPS: Cela s'est assez bien passé finalement. Il s'est fait plaindre, m'a demandé de préciser clairement notre problème et nous nous sommes séparés en bon terme.

mercredi 28 janvier 2004

bilan

Relisez vous de temps en temps votre blog ? On m'a souvent reproché de ne pas profiter de mes expériences et de répéter toujours les mêmes erreurs. Ce blog me permet - entre autres - de noter diverses choses. La nuit dernière, cela m'a servi pour la première fois.
J'ai passé mardi soir avec un pote que je n'avais pas vu depuis plusieurs mois, cela devait remonter à l'été dernier. J'ai reçu un SMS de mon ex qui me demandait ce que je faisais, qu'il était à Bastille et qu'il voulait passer chez moi. Enguelade par SMS quand il a compris que je n'étais pas seul et que je n'étais pas motivé. Silence radio de mon côté quand j'ai reçu "OK j'ai compris, bonne baise"... Ok, je l'ai rappelé mais je n'ai pas laissé de message sur son répondeur.
Mercredi midi, il m'appelle alors que j'allais bouffer avec mes chefs. Je suis donc resté stoïque quand il m'a remercié de ne pas l'avoir fait venir chez moi. J'ai rencontré quelqu'un hier soir. J'ai dû devenir blanc d'un coup. Comme si tout se cassait la gueule. Mais le bougre ne s'est pas arrêté là. Il m'a décrit la première fois qu'il l'a vu, sa description physique complète, ses sentiments à ce moment là, la façon dont il l'a dragué sans que l'autre se soit sensible à ses charmes, comment il l'abordé, la timidité du mec, leur plan rapide dans une cabine, le fait que le mec était stressé, qu'il ne bandait pas, leur échange de numéro de téléphone., le SMS qu'il lui a envoyé le mercredi matin, le planning de leur soirée (cinéma, resto hors de prix). Je restais là, entouré de personnes qui m'épiaient, gardant la rage intérieure qui montait, les larmes et tout le reste. J'ai tout encaissé sans broncher, et il continuait sans se soucier de ma réaction.
J'ai mis l'après-midi et une partie de la soirée à m'en remettre. J'ai éteints mon téléphone de peur qu'il ne m'appelle. J'ai passé la soirée à attendre d'avoir sommeil mais sans lexo. Endormi vers minuit, réveillé vers 3h. Et le cerveau s'est remis immédiatement en marche. Et je me suis relevé, pour comprendre mon attitude stupide et puérile. J'ai allumé mon pc, pris une feuille de papier, un stylo et j'ai dessiné un trait verticalement. Les faits tuent les sentiments. J'ai méticuleusement noté les points positifs, les points négatifs de ma relation avec lui. Et j'ai relu mon blog.
Pourquoi X. est il la seule personne que j'ai vu en janvier? Pourquoi est il la seule personne avec qui je discute au téléphone? Pourquoi n'ai je pas baisé depuis si longtemps? Pourquoi n'en ai je même pas envie ? Tant de questions sans réponse, toutes reliées à cette relation indescriptible.
Il m'a appelé ce matin. Il a commencé à me raconter sa soirée. Il m'a raconté qu'en fait, je connaissais son mec potentiel, que je l'avais brièvement vu vendredi soir au Dépôt. Et il y eu un déclic. Je me suis entendu dire que ce n'était pas la peine qu'il rentre dans des détails perso, que cela me dérangeait et que cela ne me regardait pas. Il a répondu qu'il pensait qu'on pouvait tout se dire, qu'il était déçu. Et il a raccroché avec une dernière remarque pour me faire culpabiliser.
Ce soir, je suis soulagé, je pense ne plus avoir de nouvelle pendant un certain temps, nous verrons. Cette fois, je ne rappellerai pas le premier. Je ressens le besoin de tourner la page. Avec d'alcool, des drogues, ou un cocktail des deux. Beaucoup.

mardi 27 janvier 2004

solution radicale

Si un tueur à gages lit mon blog, qu'il m'envoit un mail.

lundi 26 janvier 2004

work addict

Je suis là, en train de regarder le nouvel ordinateur venu remplacer le vieux machin que j'avais avant. Minuscule, silencieux, écran plat 17''... Je reste derrière, silencieux, regardant l'écran avec une mine concentrée, attendant patiemment le moment propice pour me barrer en courant.
Mais qu'est ce que je m'emmerde avec ces nazes tristement normaux.

dimanche 25 janvier 2004

Qui est le chat?

Bon courage pour ce soir. Appelle si tu en as envie ou besoin. Mon ex me rappelle à réception du SMS. Il a l'air en forme malgré ce qu'il l'attend. Il a envie d'aller boire un verre voire même d'aller au Queen s'il ne finit pas trop tard. Il propose de me rappeler plus tard dans la soirée. Mais comment en est on arrivé là ? Flash-back.
J'allume mon portable mercredi matin. SMS datant de 4h du mat' me réveille d'un coup : Je sors de l'hôpital, je t'appelle demain. Pourquoi ai je reçu ce SMS ? Je doute qu'il l'ait envoyé à tous ses potes... Coup de fil rapide le jour même. Il me rappelle plus longuement le jeudi et conclut le coup de téléphone parje t'appelle demain, bisou mon coeur.
4 coups de téléphone le vendredi pendant la soirée pour parler de tout et de rien. Comme avant. Il veut sortir, dormir chez moi. Il me propose à demi mot qu'on couche ensemble. Je suis un peu naze, je le préviens que je ne veux pas aller au Dépôt, on se met d'accord pour sortir le demain. Il me rappelle 10mn plus tard; dans 30mn à George V. Une fois sur place, Il me pousse pour aller boire un verre au Dépôt. Je me laisse faire, de mauvaise grâce.
1H53, arrivée au Dépôt et l'horreur commence. 10mn de queue pour laisser sa veste. Il y a énormément de monde au rez-de-chaussée. On descend pour aller pisser. Crise de rires quand un mec se casse la gueule dans les escaliers et roule jusqu'en bas. Imaginez l'état du tee shirt blanc et la tronche du mec en se relevant. C'est la cata en bas et pour cause : 3 cm d'eau partout. La fuite a l'air de venir de la backroom. Mon ex dévisage tous les mecs mignons qui passent. Je bois mon sky rapidement. Trop de monde, trop de bousculades, les mecs tournent en rond en attendant que le sous-sol soit accessible. Je vois qu'il a envie de niker, moi absolument pas. J'en ai marre, je lui dis que je ne voulais pas venir ici, que je suis naze et que je lui souhaite une bonne soirée. Il me dit qu'il ne va pas rester, qu'il va aller au scorp. Je décline l'invitation, préférant raccourcir les sales soirées. 2H40. Je rentre à pied, sous la pluie. J'en profite pour lui envoyer un message désagréable sur son égoïsme et son égocentrisme. Back home vers 3H15, lexo, dodo.
Réconciliation samedi, nous passons rapidement sur la soirée de la veille.

Plus je m'éloigne, plus il court. Je vais le briser... Ou peut-être l'inverse.

Requiem for a dream

Harry
Quelle horreur ce film, mais quelle horreur! il m'a pris aux tripes, il m'a donné la nausée. Je pense que les personnes qui ont déjà un peu touché aux drogues en bavent plus que les autres, non ? Je n'en suis pas sorti intact, j'ai eu du mal à sortir du film. Peut-être devrait-on diffuser ce film au collège à titre éducatif.

Bonne année!


La photo n'est pas terrible, mais comme cela n'arrive pas tous les jours...

Ravalement

Hey, si certains se demandaient pourquoi je n'ai que peu posté cette semaine, ben voilà la raison. C'était la dernière ligne droite du lifting complet du blog. Après plusieurs jours sur dreamweaver et presque dans les docs de MovableType, j'ai enfin terminé. Un merci tout spécial à Garoo à qui j'ai posé des questions complètement stupides, et à S., F. , M. et Bradshaw qui m'ont donné leur avis.

mardi 20 janvier 2004

par le pouvoir du...

Tout va de travers. J'avais pris la grande décision de devenir musclor en quelques semaines. Je me suis donc acharné au sport le week-end dernier. Et puis voila que ça fait deux jours que mon bras gauche me fait mal. Et le biceps est tout enflé. Je suis maudit, maudit, maudit. Comment je vais faire pour être gogo dancer cet été au Queen, moi ?
A part ça, mon coup de spleen d'hier soir semble passé. J'ai reçu un coup de fil et un SMS d'un blogueur inquiet, ce qui m'a fait très plaisir. On s'est échangé quelques SMS et il a fini par me répondre qu'il ne voulait plus me voir (pourtant, je ne lui ai pas dis qu'il avait une voix légèrement efféminée). Je vous dis, le Blogueur est une espèce susceptible. Ce qui est le plus étonnant, c'est que certains d'entre eux sont entrés dans mon quotidien. Ce ne sont pas des amis car je ne les connais pas (encore) mais je me sens un peu lié à eux. Je pense que l'on pourrait bien s'entendre, il ne reste qu'un pas à franchir. Pas que je franchis rarement. Je suis un spécialiste du dial qui me mène a rien : je vais sur dial une fois par mois, je discute avec quelques personnes, certaines passent sur MSN, je leur promets monts et merveilles et, quelques semaines plus tard, ils se lassent et me virent de leur liste. J'aime que mes rencontres virtuelles le reste car je suis toujours déçu ensuite. La dernière personne que j'ai rencontré par Internet, c'était matoo... et ça fait déjà 3 mois! Et le dernier plan à 6... Je devrais faire un effort.

The last samouraï

Cela m'a pris alors que je ne m'y attendais pas. Ce sentiment d'être complet me pénètre. Je me sens bien. Je suis dans cette salle de cinéma, devant ce film triste et magnifique, avec mon ex. Mais cela ne dure jamais. La séance se termine, nous nous disons au revoir en moins de 2 mn. Je sens presque une présence qui vient m'arracher quelque chose à l'intérieur. Une douleur et une sensation de manque s'installent de façon si brutale et rapide que j'en ai les larmes aux yeux. J'entends le métro arriver, je me mets au bord, les bras en croix et je bascule doucement dans le vide tandis qu'une personne hurle sur le quai.
Non, ce ne sera pas pour cette fois, pas encore. Je ne sais pas expliquer la raison de mon état d'esprit de ce soir, ce n'est pas uniquement dû à mon ex, le film doit y être pour beaucoup.

Adieu mon amour perdu
Mais que la paix nous sauve enfin
Un jour

lundi 19 janvier 2004

What's behind gate 47 ?

J'ai atteints tous mes objectifs du week-end. Mon appart est rangé, je suis allé faire du sport et je ne suis pas sorti en boite ou dans un bordel. Je suis même allé donner ses étreinnesétrennes à ma concierge, c'est pour dire. Bon, je m'étais préparé au cas où samedi soir. Jean légèrement serré, tee shirt puma et dernier sweat Umbro acheté. Je me suis incrusté pour une soirée trilogie pizza/coca chez S. Mais à 1h du mat', j'ai euje n'ai pas eu le courage d'aller niker au Dépôt. Suis je enfin en train de devenir sage ? Je suis si vieux?
Sinon, je sais enfin ce qui est arrivé à Sidney Bristow pendant ces deux dernières années. La réponse est dans l'épisode 3.11 d'Alias!

PS: je sens que je posterai plus après minuit, moi.

samedi 17 janvier 2004

PA

Paumé cherche magazine Fan De avec mini book collector de Tom Welling inclus. OK je déconne... m'enfin, bon.

vendredi 16 janvier 2004

dust

C'était il y a un an. Je me souviens encore ce coup de téléphone de A., de mon incrédulité, de mon départ précipité du taff. Et, quelques jours plus tard, de ce visage dans ce cerceuil, de la rose que j'ai déposé pendant la cérémonie, de ce cercueil qui disparait doucement, de ce vrombissement et de la fumée noire.
Nous allons profiter des prochaines 45 minutes pour nous retrouver et méditer. La famille pourra ensuite passer chercher l'urne.
P., tu me manques.

my best friend

Décidément c'est la personne qui m'appelle le plus et celle que je vois le plus en ce moment. On ne se quitte plus ; il ne se passe pas une journée sans avoir de nouvelle de mon ex. aujourd'hui 8H30, 10H30, 17H00 et on s'est retrouvé à 19H00. Et comme à chaque fois, tout part en couille. On était parti pour aller voir Gothika au ciné après avoir mangé rapidement un morceau. On a fini Chez Clément, un resto sympathique à Bastille. Ce garçon cerne les gens très facilement : il m'a fait un portrait psychologique très poussé et presque dérangeant. Nous sommes sortis vers 21H30, bien trop tard et assez peu motivé pour un ciné.
Arrivé au Dépôt vers 22H. X. a tout essayé pour me convaincre. Je me suis laissé faire en étant persuadé qu'il n'y aurait personne. Le résultat fut bien au delà de mes espérances. Des gros, des vieux ou des moches. Un mec assez moyen a l'air de plaire à X., je le laisse et j'allume mon mec médiocre. C'est un black, habillé en racaille, l'air mal dégrossi. Nous rentrons dans une cabine propre du rez-de-chaussée. La racaille me sourit timidement, m'embrasse dans le cou et me demande mon age. Tout s'effondre : il est niais, absolument pas racaille et a l'air complètement coincé. Quand je n'ai pas envie de niker, il me faut une bonne chaudasse sinon ça ne marche pas. Je me touche en essayant de le pomper. Je me baisse, enfourne sa queue dans ma bouche (fine, petite et tordue) et commence à le sucer. Je m'arrête net dès le premier mouvement. Son gland est rugueux, genre soit mal nettoyé soit avec une saloperie de MST. Je me relève, complètement écœuré et fuit en lui disant que ça n'allait pas être possible.
Je tourne encore 30mn, chope X. pour lui dire au revoir et rentre sous la pluie. A peine arrivé chez moi, X. me rappelle pour me raconter que les beaux mecs sont arrivés vers 23H, pour me décrire en détail la bombe qu'il s'est tapé et l'anulingus qu'il lui a fait. Nous allons peut-être prévoir un week-end ensemble dans quelques semaines, peut-être en italie. Nous sommes donc devenus les meilleurs amis du monde.
Comme dirait Bradshaw, je vais le briser.

mardi 13 janvier 2004

eternal love

L'est toujours là pour moi, quelque soit le jour ou la nuit. Même dans les périodes difficiles. On se fait des plans soft, mais toujours bien chaud et assez pervers. C'est toujours le bonheur entre nous, le pied intégral. Et pourtant, dès que le kleenex ne suffit plus et que je suis obligé d'essuyer mon sperme avec mon tee shirt, je vais toujours voir ailleurs. Et c'est le pompon en ce moment, un tee shirt trempé par jour. Je sens que je vais aller niker dans un endroit bien glauque très bientôt. En attendant, gloire à ma main droite.

lundi 12 janvier 2004

couper le cordon?

Rendez vous à St opportune pour qu'il me conseille sur des fringues. Nous commencons par le C&A, il se jette sur une veste et me dit qu'elle m'irait parfaitement. Je l'essaie, elle me plait et il décide de me l'offrir. Nous rentrons déposer la veste. Je l'écoute me raconter ses deux plans à l'UG, comment le bi l'a sucé alors qu'il y avait de la merde sur sa queue, comment il a défoncé le petit cul de l'eurasien. Discutons de tout et de rien devant un couscous. Je le laisse à 50m de chez moi, le regarde rentrer dans un taxi. Direction Dépot. Rentre chez moi, l'esprit vide, sans savoir si la soirée fut bonne, si je suis content ou si la page est tournée.

Ex(-aqueo)

Je n'ai jamais eu autant de nouvelles de mon ex. Nous avons passé une heure au téléphone vendredi soir, tandis qu'il attendait son TGV pour partir en week-end et que moi j'attends M. Mais, vous etes intimes avec M. ? Je lui ai répondu par l'affirmative, lui disant que oui mais qu'il ne m'intéressait pas et que j'allais m'en débarrasser le soir même. Il me sort alors le grand jeu : Oui, c'est avec toi que j'aurais dû partir en week-end, nous aurions pu nous amuser ensemble, patati, patata.
Deux heures plus tard, un SMS de mon ex et, comme il n'avait pas eu de réponse, il appelle moins d'une heure après. M. était sur le départ, je le rappelle quelques temps après.
En plein milieu de la nuit, coup de téléphone, il me raconte sa soirée sur mon répondeur. Coup de téléphone dans l'après-midi pour me raconter ses achats avec ses potes.
Et là, à 13h30, il m'appelle pour me dire qu'il est rentré et qu'il ne bosse pas ce soir. Je le laisse parler, me proposer. Il me propose qu'on se voit, je lui réponds que c'est possible. Il me dit qu'il me rappelle dans l'après midi pour me confirmer.
16h30. Ben écoute, c'est bon pour moi ce soir, je suis devant l'UG, je t'appelle quand je sors, OK?

1 partout, balle au centre.

dimanche 11 janvier 2004

 

samedi 10 janvier 2004

 

Soirée spéciale hier soir avec M. Il est arrivé vers 20h30, galette et champagne à la main. Raté. Je n'aime ni l'un, ni l'autre. Il est resté pratiquement 3heures. Il a tout essayé pour coucher avec moi. Je suis resté stoïque et ai maintenu 2m entre lui et moi. Il a passé son temps à se rapprocher et moi à m'éloigner. M. m'a dragué de toutes les façons possibles. Il a commencé par les compliments : tu as un corps superbe, bla bla bla. Il est ensuite passé au champagne et a tout fait pour me faire boire. Il a fini par me proposer de la cocaïne, que j'ai également refusée. Mais ça ne fait pas plus d'effet que de les vitamines que tu as dans ta cuisine. Je vous ferai grâce de toutes les petites phrases pour tenter de me culpabiliser. Il a fini par partir, après plusieurs lignes de cocaïne, complètement frustré.

 

Ca y est, j'ai trouve mon côté pétasse, euh jon, homo folle. Quand j'écoute My heart will go on, j'ai des frissons partout. Parfois même une p'tite larme. Je trouve qu'il y a tant de choses qui passent dans cette chanson, et tant de souvenirs rattachés.

jeudi 08 janvier 2004

Priez pour moi

Encore une semaine chez moi à rien faire : je ne vois pas personne, je ne fais rien et je n'arrive pas à dormir. Et pourtant ce ne sont pas les personnes qui manquent. L. attend avec impatience que je passe le baiser et M. me harcele au téléphone pour me voir. M. me pose un gros problème : il ne me plait pas mais il est très gentil... et à tout ce qu'on peut désirer en drogue. Donc il ne faut pas le perdre de vue. Suite aux conseils (judicieux ?) d'un blogueur, je l'ai appelé et je lui ai dis que je ne voulais pas avoir de relation sérieuse avec lui. Ok, je lui ai pas dis qu'il était vieux et moche mais c'est un début. chi va piano va sano. Soirée avec lui demain soir. Allumez un cierge demain pour moi.

mercredi 07 janvier 2004

 

Je me force à me coucher dimanche soir, même si je n'ai plus sommeil à cause de ce passage au Dépôt. Je m'enroule entièrement dans ma couette et finis par m'endormir. Je me retrouve dans mon appartement. Je visite les pièces, me rends compte que les meubles ne sont plus les mêmes et que la disposition est également différente. J'arrive dans le salon. Je suis immédiatement attiré par ce corps enroulé dans cette couette, je m'approche. Je reste indifférent quand je reconnais ce visage, mon visage. Les larmes coulent face à l'expression de ce visage : serein, paisible, presque du bien-être. Pourquoi a-t-il fallu en arriver là ? Tout commence à tourner, je me suis obligé de me tenir au mur. Je remarque une chose qui m'avait échappé au premier coup d'oeil ; il n'y a qu'un seul papier qui traîne dans le salon. Il est posé sur la table, le stylo à côté. Je parcours le mot du regard.
Je me redresse brutalement de mon lit cherchant de l'oxygène à cause de cette apnée du sommeil.

 

dimanche 04 janvier 2004

Guérir!

Appel surprenant de Lui. Voix déprimée, je lui propose de bouffer ensemble alors que je tombe de sommeil. Il insiste pour aller manger Chez Tsou. Nous discutons tranquillement, il me glisse qu'il compte aller au Dépôt ensuite juste pour mater. Il me propose à plusieurs reprises d'y aller avec lui. Je me laisse faire même si une petite voix me dit que c'est la première mauvaise idée de l'année. Nous tournons en haut, en bas, il marche souvent devant moi, je vois tous les mecs se retourner à son passage, certains le suivent. Nous nous séparons un moment, je vais avec un rebeu assez moyen dans une cabine et ressort un moment plus tard. Je tourne, retourne frénétiquement dans cet endroit clos et je me rends bien compte qu'il doit être dans une cabine. Coup de Stress. Je décide de partir. Je refais un dernier tour après avoir récupéré ma veste et je tombe sur Lui, discutant avec une bombe. Je bredouille un au revoir rapide et fuit cet endroit maudit. Dehors, je suis submergé par de nombreuses envies: envie de pleurer, de hurler, de goder des taz jusqu'à exploser. Comment peut on se mettre dans un tel état à cause de son ex de l'été dernier.
Que l'on m'enlève ce côté pédé de merde qui me gâche ma vie, que l'on me guérisse!

 

Bonnée Année 2004

samedi 03 janvier 2004

[...]

Je n'arrive pas à dormir mais je suis vide de toute énergie. Je me couche donc, m'enroule dans ma couette et patiente tandis que les heures passent. J'attends qu'on vienne m'enlacer, m'embrasser et que je puisse enfin me sentir heureux. Ce sentiment qui fait une apparition rare et fugace mais dont personne n'arrive à s'extraire de son éternelle recherche.
Encore pour une année, encore au moins le début.

vendredi 02 janvier 2004

Eternel recommencement

Ce fut une soirée organisée à la dernière minute et elle s'est assez bien déroulée. M., le mec que je me suis tapé le soir où j'ai sniffé du xanax, m'a rappelé le 30 pour m'inviter à sortir en boite avec lui et ses potes (dont A., un de mes amis). La boite s'appelle le Twin's (c'est au Scaramouche). J'ai enfin pu découvrir cette boite dont S. m'avait tant parlé. J'échange quelques SMS avec Phil pour savoir s'il sort. Il me dit qu'il ira certainement à l'after du Tango Queen.
Il ne manquait plus que d'organiser le reste de la soirée. Et je m'y suis collé (le jour même, bien évidement). J'ai regroupé les pauvresses qui n'avaient rien de prévu (S. et S'.) et j'ai organisé la pire soirée dont je suis capable de faire : Ciné et resto. Pas n'importe quel ciné ou resto, Scary movie 3 et un Quick.
Nous avons mangé notre quick chez S. et avons organisé un Blind Test à partir des mp3 nazes dont S. a le secret. La bouteille de J&B terminée, 1h sonne et nous filons au Twin'S. Musique sympa, les mecs pas terribles. M. et son groupe arrive une grosse demi heure après. Echange rapide de taz, S. refuse d'en prendre. Le reste de la soirée s'accélère et devient plus floue. S. a l'air de s'amuser (comment peut on s'amuser sans taz?), la musique est bonne, il y a quelques beaux mecs que je n'ose pas draguer à cause de M., M. et moi finissons torse nu. M. me fournit régulièrement en taz, je suis complètement défoncé. Deux potes à M partent pour la home, M. préfère ne pas bouger, tant pis. Nous partons vers 8 heures, 9 heures, je ne sais plus. Nous rentrons chez M en scoot, il pèle sous la neige. Nous nous couchons et je m'endors direct.
La soirée bascule à ce moment là.
Le chat veut jouer et me réveille tout le temps en sortant sur le lit ou en mordant les poids de pied. A un instant donné, je me réveille et j'ai à peine le temps d'arriver dans la salle de bains que je vomis tripes et boyaux. J'ai un mal de tête carabiné. M. me file de l'aspirine effervescente que je vomis immédiatement. Je passe toute la nuit journée à vomir. Mon mal de tête ne passe pas. M. fait de nombreuses tentatives pour baiser mais rien à faire, je ne suis pas en état et n'en ai pas envie. Je rentre chez moi vers 16H, crise de panique dans le métro, me retient pour ne pas vomir. Je mets à peine les pieds chez moi que je vomis encore. C'est bizarre, ça a le goût de rhum. Je prends un comprimé d'aspirine non effervescent et je me recouche. Je me réveille dans un meilleur état deux heures plus tard, je finis la soirée assise aux toilettes au lieu d'être à genoux, je bouffe un quart de lexo et je me couche.
Réveil difficile, arrivée au taff à 10H, exercice difficile de bonne année patati patata, départ à 14H30, sieste jusqu'à 18h50.

Je zappe sur M6, Charmed commence.
C'est ça la vie en 2004, se lever de sa sieste pour le début de Charmed.

Aïe, aïe, aïe

L'année commence mal, vraiment mal. Le blog s'arrete le 31 et le 1er, je passe ma journée du 1er en genoux dans les toilettes et aujourd'hui, je tombe sur ça (à lire ici et ensuite ).