Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

mercredi 30 juin 2004

à l'usure

Encore un message d'X. ce soir.
« bonjour vous, jamais envie de répondre snif, comment peut on être aussi distant quant il n'y a pas lieu, je finirai bien par te voir mais au moins même si qqn est dans ta vie et bien donne des news, je m'inquiète par moment pour toi sincèrement »

Je rêve. J'hallucine. Il ne peut pas envoyer un tel message sans arrière-pensée. Impossible. Ce n'est pas des nouvelles qu'il veut ; il attend le moindre mouvement de ma part pour redevenir maître de la situation. Si seulement je pouvais me faire prendre, je donnerai des nouvelles il m'invitait dans un resto à trois étoiles au guide Michelin, m'envoyait des bouquets de fleur au taff, des billets pour un WE au bord de la mer ... non, rien.

Je ne donnerai plus de nouvelle. Il ne m'aura pas à l'usure.

mardi 29 juin 2004

Rencontre du 3ème type


C'est la seule image que j'avais gardé de ce film quand j'étais gamin. Sur un vague fond d'extra-terrestres. Je gardais le souvenir d'un grand film de science-fiction. Je l'ai revu ce soir.
Quelle déception ! Le film n'est qu'une grande longueur, cette espèce de musique de 5 notes devient insupportable, la scène d'échange de notes de musiques entre les terriers et le vaisseau est à se pisser dessus.
Et moi qui voulais revoir L'empire du soleil ! Ce film m'avait également marqué, c'est le premier film où j'ai versé une larme.

Je crois que je vais m'abstenir.

lundi 28 juin 2004

 

Après 14 mois d'existence et trois changements de layout, ce blog ne me convient plus. Non pas que ma vie soit calme ces temps ci, bien au contraire. Mais je ne m'amuse plus à bloguer. Un ravalement de façade ne sera pas suffisant cette fois. Un changement de forme est nécessaire.
La première conséquence visible est la désactivation des commentaires par défaut. Je n'en sais pas plus pour l'instant. Je vais laisser mûrir tout ça, nous verrons. Peut-être cela mènera-t-il à la fin de ce blog, tout simplement.

A suivre.

trainspotting


Après Requiem for a dream, Trainspotting. Encore un film culte que je n'avais pas vu. J'étais passé complètement à côté lors de sa sortie en 1996.
Il ne cadrait tout simplement pas avec mes valeurs de l'époque. La drogue c'était mal, seuls les dérangés tombaient dedans, moi je savais où j'étais et où j'allais. Ah quelle merveilleuse époque. Ma copine et moi avions emménagés ensemble, dans une petite chambre d'étudiants. Nous invitions nos rares amis proches et régulièrement, on se demandait comment les pédés faisaient pour se faire enculer. Putain moi, le médecin m'a foutu un doigt dans le cul pour voir si j'avais des hémorroïdes et j'peux vous dire que je serai jamais pédé, j'pourrai pas m'faire enculer. J'étais assez fier de ma petite phrase, mes parents, mes potes, tout le monde y avait eu droit. Ce que je ressentis quand elle me fût renvoyée par mon père un peu plus d'une année plus tard à l'annonce de mon homosexualité fut nettement difficile à supporter qu'une teub de black dans le cul sans capote. Bref, passons. Espérons simplement que je n'ai pas dis beaucoup d'autres phrases à la con.

Pour revenir au film, j'appréhendais de le voir. On me l'avait décrit comme très dur. Je n'ai pas été si choqué que ça. Ceci dit, j'ai fait quelques douloureux parallèles entre mes bad trips et certaines scènes du film. Ce que j'ai vécu à mon retour de Londres l'année dernière est assez similaire à ce qui est décrit quand les parents de Ewan l'enferment dans sa chambre pour le désintoxiquer. Recommencer à tazer après deux ans et en prendre sur 4 jours autant que sur 6 mois était peut-être une mauvaise idée. Le passage où Ewan est dans une boite à Londres est un pur régal ; il m'a renvoyé à ces mêmes vacances où je trouvais des taz en 10mn en roulant quelques pelles et en me faisant tripoter les fesses. En faisant la pute quoi.

Trainspotting est un film à voir, ne serait-ce que pour le cul d'Ewan Macgregor.

dimanche 27 juin 2004

l'Homme évolue, la tafiole ne change pas.

Iphis voit à l'église un soulier d'une nouvelle mode, il regarde le sien et en rougit, il ne se croit plus habillé ; il était venu à la messe pour s'y montrer, et il se cache ; le voilà retenu par le pied dans sa chambre tout le reste du jour. Il a la main douce, et il l'entretient avec une pâte de senteur ; il a soin de rire pour montrer ses dents ; il regarde ses jambes, il se voit au miroir, l'on ne peut être plus content de personne qu'il ne l'est de lui-même ; il s'est acquis une voix claire et délicate ; il a un mouvement de tête et je ne sais quel adoucissement dans les yeux dont il n'oublie pas de s'embellir ; il a une démarche molle et le plus joli maintien qu'il est capable de se procurer ; il met du rouge mais rarement, il n'en fait pas habitude ; il est vrai aussi qu'il porte des chausses et un chapeau, et qu'il n'a ni boucles d'oreilles ni collier de perles : aussi ne l'ai-je pas mis dans le chapitre des femmes.

La Bruyère, 1688.

pensée du jour

On commence par sortir son méat et les couilles y passent.

samedi 26 juin 2004

marche des fiertés

Finalement, j'ai fais moi aussi ma gay pride. Aller/retour jusque Bercy pour mater un film de circonstances.
Un couple se marie sans que les beaux parents ne rencontrent l'heureux élu. Il décide d'aller les voir après leur lune de miel. Les parents découvrent avec horreur le mari et l'abomination qu'est devenu leur enfant. Ils les rejetent. S'en suit de nombreux événements malheureux, le mari décide de tout faire rentrer dans la norme, plaire et devenir quelqu'un comme il faut. Mais - film américain oblige - l'histoire se termine bien. Le couple décide de vivre leur différence au grand jour et finit par être accepté par tous. Pour l'égalité maintenant.

Dur d'être un couple d'ogres dans un pays d'humains.

elles sont maudites

Avec un peu de chance, il va pleuvoir.. ahahah.

vendredi 25 juin 2004

défilé des cons

J'ai lu 20 minutes tout à l'heure dans la salle d'attente à l'hôpital. J'y ai trouvé un article sur le défilé. J'ai découvert leur récent changement de mot d'ordre. Il est évident qu'insister sur le mariage des pédés est bien plus important que celui de l'homophobie à l'école. Le mariage touche tellement plus de monde...

Crétins.
Voilà une très bonne raison de le boycotter.

tout doucement...

Il faut savoir se ménager. Après un mois d'arrêt de travail, je ne pouvais pas décemment bosser toute la semaine. C'est bien trop fatiguant. J'ai donc posé un jour de congé.
Vive le week-end.

jeudi 24 juin 2004

encore!

SMS d'X. du soir, espoir
«ne donnant aucune news je passerai en prendre a l occasion a ton taff»

Mais c'est qu'il en est capable, le bougre!

Après mon éraflure de la cornée, mon opération, mon otite, voilà que j'ai mal à la gorge, le nez complètement bouché et de la fièvre.
La vie est belle.

humeur du matin

C'est décidé, pas de tata pride pour moi cette année. Ca me gonfle.

mardi 22 juin 2004

délires devant le chantier

Non mais tu te rends compte, c'est le couple de pédés qui a gagné la baraque. Ils vont rien en faire, c'est un vrai couple qui aurait dû la gagner.

Y sont tous pédés à la télé, c'est pipo.

Ils nous gonflent les tapettes, on les voit partout.

Dis, lequel encule l'autre ?
Ben, c'est le noir, c'est celui qui a la plus grosse.
Remarque, tu as raison, c'est normal que le noir sente la merde.

Hé, viens voir, c'est les gay qui ont gagné !
Ah ouais, trop bien, ils sont tellement mignons tous les deux.

Putain, c'sont les gros enculés qui ont gagnés la baraque du village.
Merde.
Ouais, on va leur faire leur fête, faut qu'y s'barre.
Tu penses que c'est le blanc ou le noir qui brûle le mieux?

 

Je suis soulagé. Ce que je craignais l'année dernière n'est pas prêt d'arriver. [src] (via garoo)

anodin


Photo anodine. Un appel en absence. Mais je tenais le téléphone à la main et je n'ai pas décroché. C'est un geste tellement simple finalement. Ce soir, X. m'a appelé. Et j'en suis fier. Fier de ne pas avoir décroché, fier de ne pas avoir rappelé, fier de ne pas en avoir envie.
Il n'a évidement pas laissé de message, il n'avait pas envie de parler à un répondeur.

55mn plus tard, SMS.
« saches que peuximporte tes opinions vis a vis de moi je pense souventa toi et suis triste u on ne se contacte pas »

Ce soir, j'en suis sûr... Je suis libre.

Au taff, certains pensent que je me suis fais opérer de l'oeil, d'autres qu'on m'a racourcit d'une partie de l'intestin et que j'ai une poche.
Trop drole.

lundi 21 juin 2004

reprise de contact

Retour au taff. Passe la matinée à lire mes 300 mails. Un mail attire mon attention. Il a été envoyé 6 jours après celui-là.

coucou mister comments vas tu,,
par moment je suis triste qu on ne se voit pas sache le si tu rencontres
qq'un et que tu veux bien qu on se revoit j en serai trés heureux


Comble du hasard, 14:46, un SMS.

comment ça va champion ?

Hum.

vendredi 18 juin 2004

hum

jeudi 17 juin 2004

palliatif

mercredi 16 juin 2004

dépendant

neuf minutes...

Durée d'un plan foireux sur dialh avec une chienne vieille et moche. Durée d'une punition, se punir de ne pas avoir de chance, d'être passé à côté d'une occasion. Durée nécessaire pour se défouler, pour libérer ma rage et ma frustration. Neuf minutes à limer et pour remplir une capote.
Ensuite, passer à autre chose, se lever, se rhabiller, vider sa lessive, entendre le sac à foutre marmonner quelque chose, entendre la porte se fermer.

maudit

Journée passable qui bascule dans l'horreur. Je n'aurais pas imaginé passer une soirée aussi pourrie. Même lors d'un cauchemar en descente de taz.
J'avais rendez-vous en face d'un café à Art et Métier à 20h50 avec un garçon. J'avais vu des photos sur dialh mais bon, méfiance. D'un autre côté, je ne le voyais pas pour coucher, mais juste par plaisir de le rencontrer. Jean taille basse, tee shirt manche longue assez large, l'air cool, une cigarette à la main. Je souffle. Après la dernière expérience malheureuse que j'avais faite, j'avais un peu peur de rencontrer un autre blogueur en tête à tête. Il s'avère que FreakyDoll est un pédé comme je les aime ; extraverti, cool et « libéré ». Nous dînons en terrasse de la crêperie Beaubourg et allons prendre un verre au Quetzal que Freaky ne connaissait pas.
Direction dépôt. Alors que nous nous y rendons, je tombe justement sur ma dernière rencontre de blogueur. « Non, il n'a pas chanché ». La même voix aigue, la même démarche, le pantalon taille basse. Je me demande s'il laisse dépasser un caleçon CK comme la fois dernière. Au moins ne s'est il pas enduit de crème solaire, cette fois. Bref.
Nous arrivons et descendons direct au bar du sous-sol. Nous y matons les mecs un moment et nous décidons nous aussi de jouer aux hamsters. Nous faisons quelques tours, Freaky repère rapidement un rebeu mignon. Je n'en dirais pas plus, seulement qu'ils ont dû faire pleins de galipettes et je crois qu'ils sont partis ensembles. De mon côté, je jubile. J'ai plusieurs touches, ils me suivent, ça m'amuse. Un mec me regarde furtivement ; 1m85, torse nu, genre à avoir passé 2 heures par jour à la muscu ces 5 dernières années, gueule d'ange, torse de rêve. Le genre de mec dont je suis toujours persuadé qu'il est trop mignon pour s'intéresser à un thon comme moi. Ben j'avais tort. Hélas. Nous sommes rentrés dans une cabine ensemble. Et ce connard était parfait : gentil, câlin, complètement imberbe et un teub de 22/23cm. Mais il avait un gros défaut. Il était actif.
Cette bombe (que j'avais déjà vu quelque part, j'en suis certain) digne d'une couverture de Têtu me drague le seul moment où on ne peut pas baiser de façon satisfaisante. Putain de bordel de merde. Je passe donc une demi heure à le sucer, il me jouit en partie dans la bouche, il s'excuse gentiment, me propose d'aller me chercher du papier aux toilettes, finalement nous y allons ensembles. Je l'attends, déçu, frustré, énervé, espérant un échange de numéro de téléphone.« Bon, je vais rentrer chez moi, bonne nuit ». Fuck.
Je récupère un des mecs qui me suivaient, me fait sucer, je lui jute dans la gueule et je rentre.

Vie de merde, pourquoi cela m'arrive maintenant ? Tout est une question de timing dans la vie.
Et merde.

mardi 15 juin 2004

ooups

Je ne me lève plus avant 13h.
Je ne couche plus avant 4h, alors que je passe tous les soirs chez moi.
Mes repas sont décalés ; 14h, 17h et 23h.

J'pense que c'est bon, j'ai récupéré de mon opération ; je suis passé en « mode vacances ».
Je m'imagine déjà au taff lundi prochain à 9h.

Quel bonheur.

PS. J'ai encore oublié de fermer mes volets. Dommage.

changeons

Je m'étais préparé un dîner samedi soir tranquille : foie gras et vin blanc devant Clark Kent. Seul. Je suis complètement fauché donc autant éviter de voir des gens, ça ne pouvait se finir qu'en boite. Mais un mec avec qui je discute depuis plusieurs mois est passé. Il est arrivé avec une nouvelle bouteille de vin blanc. Je me suis fais complètement avoir. Je l'ai suivi, verre après verre, sans m'en rendre compte. Sauf que lui a l'habitude de boire comme un trou. Au moins, nous avons passé une bonne soirée. J'ai appliqué tout ce que j'ai décidé .
Hélas, je n'ai que très peu de souvenir de la fin de soirée. Je l'ai raccompagné à la station de taxi - sans oublier de prendre mes clés, Ô miracle - et je suis rentré... vomir. Quelle joie de vomir du vin blanc que le corps n'a même pas encore commencé à digérer, un vrai régal. Je me suis endormi, à moitié déshabillé, sans avoir fait mes soins post-opératoires.
Réveil difficile, je ne tiens pas debout, j'avale un petit dej rapide, deux cachets d'aspirine malgré l'interdiction du chirurgien, et me recouche. J'émerge vers 18h en meilleur état mais dans un bain de sang.
OK le chirurgien avait raison, mais bon, ça faisait un moment que je devais changer les draps...

On a toujours tendance à oublier que l'alcool est une drogue dure. Je vous conseille à tous d'arrêter de boire. Passez à autre chose et vous verrez : les descentes de taz ou de cc sont tellement plus douces qu'une gueule de bois.

lundi 14 juin 2004

 

Miam, appétissant. Indispensable pour les hommes qui veulent bien connaître leur corps. [src]

samedi 12 juin 2004

trop drole

Prenez un blog avec un nom de domaine propre, faites un whois, récupérez le numéro de portable, envoyez un SMS délirant au blogueur.
J'ai fais à ça à quelques personnes aujourd'hui, résultat garanti.

Notez bien que toutes les informations de mon whois correspondent à celles de McM.
Have fun !

vendredi 11 juin 2004

hormones

J'ai tout pour être de bonne humeur mais je suis tristounet ce soir. Pourtant, le chirurgien a été content de l'état de la plaie et m'a rallongé mon arrêt maladie d'une semaine. Mon oreille va mieux ; encore mal mais quasiment plus. Bref, tout devrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Mais non, me sens seul. J'ai envie de voir des potes, de sortir en boite et de baiser. Oh oui, un petit mec, une bonne passive couinante, juste pour moi.
Mais non, je peux pas encore faire ça, je dois faire attention. Mais putain qu'est ce que j'en ai marre de me branler devant mes pornos.

tata meeting

La soirée d'hier ? Je suis bien emmerdé. Parce qu'on m'a interdit de dire du mal. Donc je ne sais plus quoi dire. M'enfin bon, c'est un exercice de style.
Comme le précédent post l'indiquait, ça me saoulait grave d'y aller. Assumons notre côté asocial. Une heure avant le rdv alors que je me demandais si je n'allais pas annuler, le blogger fucker me contacte par MSN et veut s'incruster. Il doit certainement être en chaleur, et donc en chasse de sa prochaine proie. Hum, ça change la donne, le neimad je le connais, il y en aura au moins un de provisoirement supportable. Arrivée avec neimad chez Matoo à 20h45. Seb et Diego sont là, l'ex-locataire arrive peu de temps après.
Les sujets s'enchaînent : Berlin, Daniel K (à priori un mec issu de la nouvelle star allemande) et la musique. Alors là, quel vaste sujet. Ca a occupé Diego, Seb et Neimad une partie de la soirée. Seb et Neimad se battent pour avoir la parole, L'ex-locataire fait de timides interventions et moi, je me tais. Matoo est invisible, occupé à couper ses morceaux de jambons et fromages de notre copieux repas mais où était il ? Neimad vainqueur du championnat de monopolisation de la parole par départ du Seb à minuit.
La soirée se poursuit pendant deux heures. Nous parlons un peu plus de blogs, de blogueurs et nous leur taillons un costard sur mesure. La fin de soirée est sympathique, nous discutons de pleins de choses mais ayant trop bu, je ne me souviens de rien.
Je rentre à pied, il faut chaud, c'est très agréable.

Note pour moi-même

Penser à fermer les volets en métal de ma chambre avant de sortir le soir.

jeudi 10 juin 2004

post-it!

Bien s'habiller. Cacher ses 5 kilos perdus. Faire la bise aux pédés et aux filles, ne pas leur serrer la main. Sourire. Parler, même si le sujet n'est pas intéressant. Pas de pique, ni de remarque cynique. Sourire. Ne pas avoir l'air autiste, cela a déjà été fait ... ils vont comprendre. Sourire. Avoir l'air indifférent aux physiques des gens. Rester poli.
Essayer (encore) de passer une bonne soirée.

Ah oui, et aller lire leur blog, pour être à jour.

mercredi 09 juin 2004

épilogue...

Poster pour ne pas oublier.
16h00, Beaubourg. Coup de téléphone rapide au laboratoire pour m'assurer que les résultats sont arrivées. « C'est terminé, Monsieur » me répond mon interlocuteur. Glups. Je suis confiant, pour le moment tout va bien.
17H00, je suis à 50m du laboratoire. Je stresse. Je marche en m'efforçant de ne penser à rien, je fuis le regard des gens, je regarde mes pieds. J'entre dans le laboratoire, il est vide, on me donne l'enveloppe en me souhaitant une bonne soirée. Je sors, fais quelques pas, m'arrête et m'assois sur le trottoir. Oui j'ai l'air con, oui je pourrais attendre d'être arrivé chez moi. J'ouvre l'enveloppe, regarde autour de moi, attends que la dernière poussette passe et déplie le résultat. Je le lis et range immédiatement le papier dans l'enveloppe. Je reprends mes esprits, me lève et prends le chemin du retour.
Je rentre doucement. Je respire à pleins poumons, mon rythme cardiaque se calme, la légère brise est agréable. 39 jours de stress à attendre cette enveloppe. Je vais maintenant pouvoir passer à autre chose. Prendre soin de mon cul (arf) pour pouvoir recommencer à baiser, soigner cette saleté d'otite. Et apprendre à vivre avec ce résultat. En prendre de la graine. 7 ans d'une sexualité Borderline assumée avec sa centaine de plans culs, ses plans nokpt avec trithérapies, ses plans nokpt sans trithérapies mais avec crise de stress.
Il faut maintenant prendre les choses en main pour changer. Sinon la prochaine sera la bonne.

mardi 08 juin 2004

pensée du jour

Paumé c'est comme les femmes ; quand elles sont enceintes, elles le savent. Paumé quand il sera plombé, il le saura.
Mais, comme elles, Il fait un test pour confirmer sa pensée.

Réponse dans les jours qui viennent.

lundi 07 juin 2004

pffouuu

- t as jms été avec un mec serieux ?
- avec un vrai sérieux ?
- yep
- Euh oui y a ..
- ooups
- 3 ans ce mois ci
- ah ouais

Putain. Heureusement qu'il y a des mecs pour me rappeler certaines choses que j'avais mis de côté.

Marre

Mon éraflure est presque guérie, voilà qu'une nouvelle douleur me réveille dans la nuit. Douleur à l'oreille droite jusqu'à la mâchoire. Peut-être un furoncle (beurk), peut-être une otite. Et tout cas, la douleur n'est supportable qu'avec les anti-inflammatoires données avec mon opération.
Rebelote ce soir. Les médocs ne font plus effets, je n'arrive pas à mâcher sans hurler de douleur. J'en pleurerai de rage et de ras le bol.

Marre. Marre. Marre.
« crotte, merde, putain d'enculé de ta mère »

dimanche 06 juin 2004

vrai faux mariage gay

Les premiers posts rédigés par des pédés commencent déjà à fleurir (ici par exemple). Je me demande ; y a-t-il des posts homophobes quelque part?
Si vous avez des adresses, je suis intéressé.

toujours attendre

Voilà! Je suis enfin seul chez moi. Je reconnais à peine mon appart. Ma mère a fait le ménage de fond en comble, et a remplie le frigo et le congélateur... Blanquette de veau, sauce bolognaise, ragoût... C'est la bonne période pour inviter des gens à bouffer. Faudrait que j'y songe.
Hier soir, je me suis invité chez le Blogger Fucker du moment, Neimad. Appart sympa et particulièrement bien situé, Personnage cool. Nous avons discuté de tout et surtout de rien - donc surtout de blog - en se vidant quelques bières. Petit moment bien sympa.
Je suis rentré à pied, me retournant devant tous les pédés. C'est absolument frustrant d'avoir envie de baiser sans pouvoir le faire. Et avec les beaux jours qui arrivent et les journées de «    vacances », je passe mes journées à passer qu'à niker. Mais c'est encore trop tôt. Je viens de vérifier le trou laissé par l'opération, il s'est réduit de 3 à 4mm.

Encore 15 à 17mm avant de commencer la « rééducation », Putain.

vendredi 04 juin 2004

bavardage

Commentaires devant Julie Lescaut...
- Elle est bien aggressive Babou, qu'est ce qui lui arrive ?
- Elle va tomber dans les pommes, elle se drogue
- Babou, se droguer... Impossible!

[ Babou tombe dans le coma, elle se drogue ]

- Dieu me préserve, aucun de mes enfants ne se droguent. Tu sais, ça se sent, ces choses là. Je n'ai pas réussi mon mariage mais j'ai réussi mes enfants. Vous êtes bien sains et bien élevés.
- Oui oui, tu as raison... Et puis les gens qui se droguent, ça se voit, regarde la cousine...
- M'en parle pas. Même quand elle va bien et qu'elle est chez moi, elle fume son joint tous le soirs. Elle m'a même avoué qu'elle a fumé une fois de la cocaïne!
- Non, elle a fait une connerie pareille ????
- Oui, je n'ai pas su comment réagir, j'ai préféré me taire.
- Tu as bien fais.
- Je suis content que mes enfants aillent bien, ça se sent ses choses là.

ce soir, JT de TF1

« Demain Mamère va célébrer le premier mariage homosexuel. Cela va faire de l'ombre au week-end, traditionnellement fête de la morue à Bègles. »

37 days later

De:    X.
Sujet:
coucou toi comment vas tu
j aimerai bien avoir de tes news
a plus

J'y croyais, cette fois. Pas de news depuis cet échange de SMS. Mais j'y répondrai pas, lalalalala.
Enfin, je crois.

mercredi 02 juin 2004

vieille école

A y est. Elle est là. Au moins ça change de Père. Mère, elle, parle. Elle ne s'arrête pas, jamais. Tous les sujets y passent, tous les membres de la famille, tous les petits sujets de discorde, tout. Par chance, cela ressemble plus à un monologue, elle n'attend pas vraiment à une réponse de ma part. Elle s'arrête à intervalles réguliers pour dormir, faire à manger ou le ménage. Mais elle respecte ma vie privée, ce qui n'est pas le cas de mon père.
Deux moments particuliers:
J'ai une blague à te raconter !
Ah ?
Oui :
   Deux homosexuels discutent entre eux.
   - Ca y est, j'ai baisé une femme.
   - Non ??
   - Oui, je l'ai dragué sur le net. On s'est donné rendez-vous et je lui ai posé un lapin!!!

Elle me regarde, hilare. Je lève les yeux de la télé, elle attend une réaction de ma part, j'esquisse un sourire et y ajoute un grognement.

Nous regardons le JT de TF1 lors du repas. Arrive le débat sur le mariage homosexuel.
Tu vois, je pense que je suis ouverte d'esprit mais je ne comprends pas pourquoi les homos veulent le mariage. Je suis pour le PACS, pour qu'il soit amélioré au même niveau que le mariage mais pas pour élargir le mariage. Le mariage c'est la marie, l'église, c'est fonder une famille, ça a un côté assez vieillot, tu vois, ce n'est pas vraiment pour les homos.
Elle me regarde, attend ma réaction.
Désolé, mais je te suivrai pas sur ce terrain.

juste pour vous


Vous avez une p'tite bite ? Vous en avez marre que votre plan cul se rhabille une fois que vous avez mis une capote bien trop grande pour vous ? Ceci est fait pour vous!
Disponible dans toutes les pharmacies.

mardi 01 juin 2004

geek

Félicitations ! Votre score est de : 645 ! Mon honneur est sauf, je ne suis pas un geek. [src]