Journal d'un paumé

See no evil. Hear no evil. Speak no evil.

dimanche 27 février 2005

( )

C'est assez étrange comme sentiment quand on rentre dans son appart presque 24 heures après l'avoir quitté. Alors que rien n'était prévu. J'ai cette impression de doux rêves, de rupture dans le train train quotidien sombre et insipide. Une parenthèse de tendresse, de chaleur, de renouveau, d'amusement.
Hélas, tout se remet en place une fois la porte de l'appartement passé. Nous sommes dimanche soir, demain taff, aucune corvée ménagère faite et cette parenthèse m'a épuisé.

vendredi 25 février 2005

just for you

La nouvelle va bientôt être officielle. Et pourtant ça fait deux mois que j'y travaille. Ils se sont montrés intéressé par ma candidature spontanée. Parait que ça ne leur arrive pas tous les jours.
C'est bourré d'avantages pour eux. Mon age va permettre de faire descendre la moyenne. Mon milieu aussi... Bref un virage à 180°. Mais il a fallu montrer que j'en étais capable et ça n'a pas été une sinécure. Le bilan est assez positif ; une seule relation sexuelle qui ne compte pas (oral sex is not a sexual relation), une demi taz en deux mois.
La nouvelle devrait être officielle dans ces prochains jours. Mais pour vous, je vais faire une exception.

Je suis pressenti pour remplacer Jean-Paul II.

mercredi 23 février 2005

etoile des neiges..

mardi 22 février 2005

je stresse donc je vis

Vacances de février... pour les autres. Je récupère les projets en l'état, à traîner pendant deux semaines. Et au vu de l'état du bordel, je passe ma journée à faire le pompier pour tenir les délais impartis. En vain. Alors je joue mon rôle de coordinateur à fond et prépare une réorganisation complète des plannings. L'mec va être ravi à son retour, mais bon, hein, tant pis pour lui... Faut bien que je justifie l'augmentation demandée (et que je n'aurais pas, de toute façon).
Côté blogaysphere, j'ai lu un commentaire (censuré depuis par le propriétaire du blog) d'un mec qui est persuadé que je suis séropo. Je ne vois pas comment je pourrais tenir encore ce blog si j'étais séropo, puisqu'il parle en partie de la peur que me procure cette maladie. Et je ne l'étais pas lors de ma dernière trithérapie il y a 6 mois.
6 mois ? Ouais, vous me décevez. Personne capable de me dire Eh Paumé, ton résultat du test ? Non, je ne suis pas encore allé faire mon test définitif. Parce que j'ai les boules. Surtout en ayant appris que les deux derniers mecs - Sé et un mec au dépôt en décembre - étaient séropos. Oui Oui monsieur, je ne suis pas séropophobe, je couche même avec. ok je ne le savais pas avant. Et ces discussions interminables sur le barebacking n'aident pas non plus. Mais je vais faire ce putain de test et je vous ferai un joli scan. Parce qu'il sera négatif, Oui oui oui.
Ah tiens, je vais attendre le résultat avant de renouveler mon nom de domaine, sait on jamais.

dimanche 20 février 2005

ZzZzZz

Week-end dans la même veine que cette fin de semaine. Le but était de tordre le cou à cette fatigue post-grippal qui me rend dans un état de larve. Parce qu'il faut pas déconner, j'ai même plus le courage d'aller niker. Aucune backroom ou sauna depuis fin décembre ! Mon seul plan cul c'est limité à touche pipi avec Sé. Oral sex is not a sexual relation, donc ça ne compte pas. J'commence à m'inquiéter, va falloir agir.
Week-end dodo, nourriture et une activité par jour. Samedi coiffeur, dimanche ciné le château ambulant. Ouais j'vous ai dis, week-end trankil, faut faire gaffe au claquage.
Dîner improvisé avec X. Une belle occasion pour aller finir au sauna. Je me lave rapidement la bite, récupère 30€ trouvé sous mon lit et file. Malheureusement, nous sommes allés au resto plutôt qu'au Quick et en sortant, je n'avais plus assez pour le sauna... Fuck.

vendredi 18 février 2005

quel silence !

Pour moi, le luxe, c'est le calme. Après ces quelques jours d'hystéries dans la blogaysphère, une douceur torpeur s'y installe. Tout rentre dans l'ordre et mes soirées s'en ressentent. C'est dingue comme des trucs aussi nazes que ça peuvent me foutre en l'air irl comme on dit. Ok, j'ai une tendance naturelle à exagérer (mes origines, diront certains) mais il y a du vrai. Passons.
J'ai donc profité de mon jeudi et vendredi soir pour ne RIEN faire.
Jeudi à regarder Nouvelle Star. De bonnes rigolades et une demi molle devant le rappeur blondinet. Ce soir, je zappe entre canal Jimmy et 1ère compagnie. Heureusement que garoo est là, car je l'avais pas reconnu moi le 2be3. Bon beh, là, je viens de voir le torse et surtout les fesses du Franck Delay. Je le trouve super plus mignon qu'à l'époque de son boy's band. Une motivation à faire du sport.
Je vais démissionner et passer mon temps dans les salles de sport. Bon, faudrait peut-être déjà que j'y aille une fois par semaine, mais ça, c'est du détail.

mardi 15 février 2005

communiqué de mon ayatollah préféré

Mais qu'est ce qu'il lui prend au Paumé ? Eh ben il ne faut pas chercher à comprendre, ce sera plus simple.
Disons qu'ayant appris des horreurs sur certaines ex-connaissances, on relativise.

Allez, encore un effort, ça se passe dans les commentaires, comme d'habitude.

lundi 14 février 2005

1ère compagnie

J'vais pas disserter sur cette nouvelle émission de merde de télé-réalité car je ne l'ai pas regardé plus de 5mn. Mais comme les émissions de ce genre sur TF1, y a tellement de redifs qu'on ne peut pas ne pas tomber dessus. Mais là où je m'insurge ; pourquoi n'y a t il pas de caméra sous les douches?
Parce que le mec qui a failli se faire virer cette semaine, ben j'aurai bien passé la saint valentin avec lui pour lui remonter (entre autre) le moral.

ca devait arriver...

Nous voilà enfin fixé.
Enfin un petit virus VIH résistant à tout. Une bien triste réponse à tout ceux qui refutait l'augmentation de la résistance du virus lors de rapport non protégés entre séropos.
Evidement, on s'en fout, ça ne touche que les US. D'ailleurs le porte parole barebacker de la blogosphère n'en a pas parlé. On commencera à s'en inquiéter une fois les premiers cas en France avérés. Comme d'hab quoi.
Et puis, c'est vrai qu'on s'en fout, parce que ça ne touche que les autres, que les barebackers. Les mauvaises langues diront même que cela permettra d'en réduire fortement la population.

Donc, finalement, pourquoi se plaindre de cette nouvelle ?

dimanche 13 février 2005

vive les vacances

Une semaine de vacances au ski c'est génial... Samedi après-midi chiant mais nécessaire ; voyage, forfait, locations. Et c'est parti pour une semaine de ski ! Enfin, quand on n'est pas maudit...
Déjà il n'y a pas beaucoup de neige (Nous n'avons jamais vu aussi peu de neige disent les locaux). Mais bon, j'suis pas chiant, la quasi totalité des pistes sont ouvertes, suffit d'éviter les cailloux et ne pas s'éloigner des pistes...
Lundi soir, après deux journées de ski, j'ai mal à la gorge. Et merde, j'ai pris froid. Je passe la nuit à tousser, gorge en feu. Réveil tête dans le cul, Sirop à la pharmacie et hop au ski. Ce nest pas une bronchite qui va m'arrêter, non mais. La nuit de mardi est un cauchemar ; j'ai de la fièvre. Je dors quasiment pas, je suis HS. Pas grave, nous avions prévu de ne pas skier le mercredi. Fièvre ? Pas grave, hop aspirine à la pharmacie.
Patatras, nuit blanche mercredi. Quand je suis debout tout vacille, quand je suis allongé je sens battre mon pouls au niveau de la carotide. Je me regarde dans le miroir, je suis blanc comme un linge. Chouette. Le lendemain matin le diagnostic tombe ; j'ai la grippe. J'pouvais pas deviner môa, c'est ma première grippe. Et tant qu'à faire, autant la chopper pendant ma semaine de vacances.
Deux jours de ski sans moi, les boules. Par contre, j'ai pris un nouveau médicament contre la grippe, le Tamiflu, un inhibiteur de la neuraminidase. Alors c'est pas sexuel, ça ne défonce pas, mais c'est miraculeux. Il est hors de prix (30), non remboursé par la sécu, mise sur le marché en 2004. Après un cachet, les effets de la grippe sont amoindris, 24h plus tard, ils ont disparu.
Vivement les vacances, les prochaines.

samedi 12 février 2005

Voilà de quoi m'occuper ses prochaines semaines. Miam.

jeudi 03 février 2005

C'est le troisieme ou quatrième post que je commence ce soir. J'ai passé la semaine à me coucher a 22h30, là je suis super naze, je lutte contre le sommeil. Alors je vais faire court. Amusez vous bien ce week-end, bossez bien comme des malades la semaine prochaine, moi promis je penserai à vous quand je serais sur les pistes.

théorie du chaos

Un coup de bite dans le premier arrondissement peut provoquer un desert sans mec dans le 11eme.

mardi 01 février 2005

Sé, l'histoire

J'ai passé la soirée avec Sé mardi soir. Le rendez-vous était fixé à 18h à la gare de Lyon. J'étais super angoissé. Sé n'est pas mon style mais il est mignon. Et il est toujours stressant de revoir un mec qu'on a rencontré en étant ivre ou défoncé. Pile à l'heure, nous nous retrouvons. Il est là et me reconnaît. Ouf.
Le thème de la soirée est simple ; DVD et dodo. Sé aime discuter, il a toujours quelque chose à dire. Le seul problème est qu'il parle toujours des mêmes choses : drogue et after. Forcément, un garçon qui bossait à 16/17ans en after et qui carburait à 2g de c par jour, ça ne peut que laisser des traces. Il est mal à l'aise, moi aussi. Il est froid et distant, moi je fais tout pour niquer me rapprocher.
Finalement, nous discutons ; il n'a jamais couché avec un mec aussi vieux que moi, la différence d'age est trop importante, il a besoin de temps. Pareil chez moi ; trop jeune, trop différent. Le fait de discuter nous libère. Nous louons JetSet 2 en DVD (au secours), il passe le film la tête sur ma nuque, sa main dans la mienne. Que du bonheur. Il semble partagé. Sé est un garçon en manque cruel de câlins. Nous enchaînons sur un autre film, Twister. Il se blottit un peu plus contre moi, surtout pendant les scènes impressionnantes.
Le film se finit et nous nous dirigeons vers le lit. Je lui saute rapidement dessus. Même s'il n'a pas envie de baiser, il suffit de lui mordiller les tétons pour que ça démarre. Je passe un long moment à sonder tout son corps. Je tâte, palpe, lèche les moindres détails de son corps. Il est super sensible et super chatouilleux, un vrai régal. La cambrure de ses reins suffit à me faire bander pendant des heures. Je m'attarde sur ses reins, je joue avec ma langue, descends doucement jusqu'à ses fesses. Je n'ai pas envie de sodo, trop vulgaire, trop violent. Nous jouissons en se roulant des pelles et nous masturbant. Ca fait deux mois qu'il n'avait fait ça, d'après lui. Nous nous endormons vers 3h du mat' l'un tout contre l'autre, la nuit est super courte mais putain c'est bon.
Je commence doucement à m'enfoncer dans cette douce torpeur et à oublier qu'il n'est pas pour moi. Soirée vendredi soir chez moi avec P. Dès qu'il a un verre dans le nez, c'est une vraie pile électrique. Il parle, parle, toujours sur les mêmes sujets sans intérêt. Il passe pour rien quelques coups de fils pour choper de la c. La soirée se passe bien même s'il boit comme un trou. Vers 3h30, P. se barre et moi je commence à avoir sommeil. Sé tombe sur un pote à lui sur MSN ; il me demande si ça ne me dérange pas s'il reste discuter un peu. M'en fous, moi. J'ouvre un oeil vers 5h, il discute encore et n'a visiblement pas envie de venir. Il se pointe finalement vers 7h, me réveille, m'allume sans avoir envie de niker. J'ai sommeil, pas la peine.
Midi, réveil. Sé se barre peu de temps après. En fin d'après-midi, je regarde les logs de leur discussion. Je me rends compte que le log ne commence qu'à 5h. Et qu'il a autorisé l'accès de mon pc à son pote. Le log conclut par un C'est bon, vide la corbeille. Des trucs ont été installé ou bidouillé sur mon pc, c'est clair. Sé dit dans la discussion qu'il n'y a pas moyen, qu'il n'a pas envie de coucher avec moi et qu'il va me réveiller pour me dire qu'il est 6h et qu'il va rentrer dormir chez lui. Je commence à m'énerver. Petit connard. Je deviens livide quand je me rends compte que ma CB est restée sur la table du salon toute la nuit. Je l'appelle, lui dis qu'il vaut mieux en rester là car de toute façon, ça ne va pas durer. Autant rester potes. Le rappelle deux heures plus tard, lui dit que je sais pour la connexion à mon pc, l'écoute me donner son explication pourrave. Il ne sait pas comment s'en sortir et met fin rapidement à la discussion.
Et merde. Impossible de savoir s'il l'a utilisé, impossible de faire confiance à mes historiques. La CB est encore là, les achats se limiteront au net, la banque les remboursera, donc inutile de faire opposition. Je stresse. N'arrive pas à gérer ce type de stress. Je fouille l'appart de fond en comble. Je trouve un demi lexo que j'avale avec un verre de whisky. Reçois des appels de X., il sait trouver les mots qu'il me calme.
Reste qu'à attendre.